SPORTS D'HIVER A COURCHEVEL

Du 03 au 07/03/2019

Un mois après Les Arcs, retour dans les Alpes pour quelques jours de ski, mais aussi de feux d'artifice, à l'occasion du FIAP, le festival International d'Art Pyrotechnique de Courchevel. Une bonne occasion de mêler plaisir... et plaisir ! Des montagnes, du ski et de la neige, de la pyro, il ne manquait qu'un festival et une fête de la bière, et ça se serait appelé le paradis !

On commence avec un beau coucher de soleil sur les montagnes, non pas depuis mon hôtel (celui-ci étant situé dans la vallée, car Courchevel est évidemment hors de prix), mais depuis le village du Praz, un des hammeaux dans le bas de la station.

Et en plus du coucher de soleil, le hasard a voulu que j'arrive juste pendant une compétition locale de saut à skis ! Il s'agissait de juniors, sur le "petit" tremplin (tout est relatif), mais c'est quand même impressionnant !

Lundi, premier jour de ski, ou plutôt première demi-journée, avec un temps très nuageux, mais une visibilité tout de même assez bonne sur les pistes. J'en aurai bien profité pendant 3h, avant de déclarer forfait étant donné que les conditions se sont brusquement dégradées, avec une grosse offensive d'abord de pluie, qui s'est vite transformée en neige, et un blizzard dans lequel on ne voyait plus à 10m devant soi (toujours très pratique quand on ne connaît pas encore bien le domaine et qu'on est obligé de suivre les gens un peu à l'aveuglette pour retourner vers le centre de la station).

A défaut de ski, ce sera préparation de feu d'artifice pour le lendemain, dans une zone technique située à côté des tremplins de la veille. Et surtout, ce sera l'occasion de faire un petit tour improvisé dans un gros 4x4 des neiges ! Avec une descente par la piste du tremplin d'apprentissage, bien plus petit que les deux autres, mais déjà assez impressionnant quand on est au-dessus !

Mercredi, au lendemain du feu d'artifice, retour sur les pistes et départ du côté de La Tania avec une première ascension jusqu'au col de la Loze, à la limite du domaine de Méribel (je n'ai pas été jusque là, j'avais acheté un forfait pour Courchevel uniquement, vu que c'était la partie du domaine des 3 Vallées que je connaissais le moins).

Vizelle, sommet du domaine de Courchevel (enfin presque), à 2660m.

Un peu plus bas, une autre vue vers le domaine de Méribel.

Vue de l'autre côté, avec une belle longue piste de 800m de dénivelé.

Tout au bout du domaine par rapport à mon point de départ du matin, dans le haut du domaine côté Courchevel-Moriond. Il n'y a vraiment pas grand monde de ce côté-ci, et le soleil arrive temporairement à se faire une belle percée à travers les nuages !

Retour dans la vallée entre Courchevel-Moriond et Courchevel 1850.

Deuxième remontée vers le sommet du domaine, avant de redescendre vers le centre de la station.

Station de Courchevel 1850 au loin, et en avant-plan son altiport en pleine montagne pour milliardaires russes...

Arrivée au village du Praz, après une très longue descente de 1300m de dénivelé, ce qui est tout de même assez conséquent ! Etonnament, la neige était encore relativement bonne jusque 1500m environ, et ce malgré la chaleur de la veille. Plus bas, c'était un peu moins glorieux, mais encore largement skiable tout de même.

Et malgré le nettoyage intense du pas de tir la veille au soir, force est de constater que les traces du feu d'artifice sont encore bien visibles !

Une dernière remontée jusqu'à mi-hauteur du domaine, avant de redescendre sur la Tania, après une journée assez intense !

Jeudi, 3° et déjà dernier jour de ski, avec une bonne séance de jacuzzi au centre aquatique le matin, en attendant que les nuages et la neige ne s'en aillent, ce qui était prévu vers la mi-journée. Il y a effectivement bien eu de très belles éclaircies en début d'après-midi, mais qui n'auront malheureusement pas duré très longtemps, le blizzard est bien revenu à la charge.

Ce n'est qu'en fin d'après-midi que le soleil a refait son apparition. Dommage, j'aurais bien voulu remonter tout en haut des pistes pour avoir de la meilleure neige, car avec le foehn et la pluie apparemment assez intense pendant la nuit et au matin, le manteau neigeux était bien humide jusque relativement haut, à peu près jusque 2200m.

Ultime descente vers La Tania pour retourner à la voiture, dans une neige bien pourrie !