SPORTS D'HIVER A TIGNES

05 et 06/12/2017

Avant de rejoindre Lyon pour la Fête des Lumières, petit détour par Tignes pour 2 jours de ski, totalement imprévus et réservés en toute dernière minute 2 jours avant ! Il venait de neiger et la météo s'annonçait excellente, c'était l'occasion d'aller faire un petit repérage de la station et du domaine en vue de futures vacances. Début de saison oblige, le domaine n'était ouvert qu'à 60% environ, mais mis à part la petite partie qui descend jusque Tignes 1800, il était possible de se rendre dans tous les secteurs, jusqu'au bout du domaine de Val d'Isère. Autre avantage du tout début de saison : il n'y a vraiment pas grand monde sur les pistes !

En plus de ça, la neige était excellente, et ce même l'après-midi en plein soleil. Malgré le grand ciel bleu, l'air était bien froid, ça se ressentait très bien dans les zones d'ombre ou en prenant un peu de vitesse. J'ai en tout cas rarement eu des conditions aussi optimales pendant 2 jours non-stop !

Et malgré le froid, l'abondance de neige en ce début de saison et le fait qu'on se trouve dans une des stations les plus hautes des Alpes, c'est assez étonnant de voir que les canons à neige tournent à plein régime, même jusqu'en haut des pistes, comme ici au rocher de Bellevarde, à 2800m !

Hammeau de la Daille, en contrebas de Val d'Isère, où il valait mieux aller le matin car c'était le seul moment de la journée où ce n'était pas à l'ombre, le soleil étant très bas en cette période.

Col de l'Iseran, où j'étais déjà passé en été quelques années plus tôt. Le paysage est plus... comment dire ... plus blanc !

Sommet du télésiège Cascade, tout au bout du domaine de Val d'Isère, à plus de 3100m d'altitude, et 12km de Tignes à vol d'oiseau. Je pensais qu'il faudrait plus de temps pour y arriver étant donné qu'il y a tout de même 4 vallées à traverser depuis Tignes, mais il m'a fallu moins de 3h, et ce même en faisant pas mal de détours et en redescendant pas moins de 5x en fond de vallée.

Retour vers Val d'Isère et Tignes, après avoir emprunté le télésiège des Leissières, sans aucun doute le plus spectaculaire du domaine ! Il a en effet la particularité de passer au-dessus d'une crête rocheuse avant de redescendre sur l'autre versant. Le panorama qui apparaît assez subitement lorsqu'on arrive au sommet est absolument grandiose !! Je l'aurais bien repris une fois afin de faire une petite vidéo, mais faute de temps, ce sera pour une prochaine fois !

Vue sur le lac et le barrage de Tignes depuis le sommet de Solaise. Un peu plus bas, la piste qui redescend sur Val d'Isère offre aussi une très belle vue sur la station. Et encore une fois, les canons à neige tournent à plein régime, créant de gros monticules de neige partout au bord de la piste.

Vue sur Tignes Le Lac et Le Lavachet, depuis le sommet de Tovière. Au niveau architecture, on repassera... aarghh, cette horrible barre de buildings...

Vue depuis le versant d'en face par rapport aux précédentes photos, sur le domaine de Tignes, d'où on peut apercevoir une arche !

2° jour, qui commence comme celles de millions de gens dans les grandes villes, avec un trajet en métro ! A la différence près que celui-ci grimpe de pas moins de 900m, en direction du glacier de la Grande Motte. Ca a l'air d'avancer relativement vite lorsqu'on est à l'intérieur, mais il faut quand même 7 bonnes minutes avant d'atteindre le sommet. Et à l'arrivée, il est encore possible de monter 400m plus haut via une grosse télécabine.

Point culminant des pistes du domaine, à plus de 3400m ! Les pistes qui descendent sur le glacier sont larges comme un terrain de football (voire 2), et la glace est bien visible par endroits depuis le bord des pistes. Il me faudra environ 35' pour redescendre 1300m plus bas (mais avec plusieurs poses photos !)

Remontée sur le domaine de Tignes, à la recherche des pistes se trouvant au soleil, car à l'ombre il fait bien froid et la luminosité est relativement faible.

Vue sur Val Claret, la partie de Tignes la plus éloignée, se trouvant en fond de vallée. Les 2-3 premières heures du matin étaient les seules où la station n'était pas complètement dans l'ombre. Je ne sais pas si c'est comme ça pendant toute la saison, où si c'est dû au fait que le soleil est vraiment au plus bas en cette période, mais Tignes le Lac est mieux située de ce point de vue-là. Au niveau de l'architecture par contre, c'est pas beaucoup mieux. Quant au côté "pratique" de la station, j'ai vu mieux aussi. La majorité des bâtiments ne sont pas "skis aux pieds", contrairement à d'autres stations. J'avais heureusement la chance d'avoir réservé dans une résidence qui se trouvait tout au bout, un peu ex-centrée par rapport aux commerces, mais juste à côté d'une piste et d'un petit télésiège bien pratique pour le retour station en fin de journée.

Vallée de Tignes depuis le sommet de Tovière, avant de repasser du côté de Val d'Isère.

Sommet de Bellevarde, depuis lequel il est normalement possible de descendre vers le centre de Val d'Isère, mais pour une raison inconnue (je ne pense pas que ce soit à cause du manque de neige !), les pistes étaient fermées, tout comme la veille. Seule la télécabine permettait de descendre vers la station avant de remonter de l'autre côté.

Sommet de Solaise, vue vers la pointe de l'ouillette. Sur la crête droit devant, on peut notamment apercevoir le fameux télésiège des Leissières dont je parlais précédemment.

Dernière descente vers Val Claret, au terme de 2 jours assez intenses ! Il est environ 16h mais tout comme au matin, la luminosité est assez faible dès qu'on n'est plus au soleil. La différence était particulièrement flagrante durant la descente depuis le sommet de Tovière jusque Val Claret. Alors que la majorité de la piste se trouvait au soleil, avec ce dernier bien en face, le bas était complètement à l'ombre. Le passage entre les deux était assez délicat tellement le contraste était fort, on aurait dit qu'il faisait presque nuit, j'ai même dû enlever mes lunettes.

Coucher de soleil sur les montagnes depuis mon appartement. Le séjour fut très court, mais intense ! Une bonne occasion en tout cas de découvrir un des derniers grands domaines des Alpes où je n'avais pas encore été. Il est souvent réputé comme étant "le plus beau domaine skiable du monde", c'est sans doute un peu exagéré ! Il est très bien certes, mais pas spécialement mieux que certains autres.