ROAD TRIP USA - JOUR 15
UNIVERSAL STUDIOS HOLLYWOOD

28/05/2015

> Itinéraire & infos générales
> Jour 1 - Départ + San Francisco
> Jour 2 - San Francisco
> Jour 3 - San Francisco
> Jour 4 - Yosemite National Park
> Jour 5 - Yosemite National Park
> Jour 6 - Bodie + Mono Lake + Death Valley
> Jour 7 - Death Valley + Las Vegas
> Jour 8 - Las Vegas
> Jour 9 - Valley of Fire
> Jour 10 - Zion National Park
> Jour 11 - Bryce Canyon
> Jour 12 - Antelope Canyon + Horseshoe Bend + Monument Valley
> Jour 13 - Monument Valley + Grand Canyon
> Jour 14 - Route 66
> Jour 15 - Universal Studios Hollywood
> Jour 16 - Los Angeles
> Trip report avec photos "people"

Avant-dernier jour du voyage, avec au programme, la visite d’Universal Studios. En ce qui me concerne, j’ai toujours été un grand fan des parcs d’attractions. A une certaine époque, j’étais assez actif sur des forums spécialisés, et je visitais pas mal de parcs, avec comme point d’orgue mon voyage à Orlando en 2014, durant lequel j’avais visité pas moins de 11 parcs ! D’autres passions ont pris le dessus depuis, mais je me tiens encore fort au courant de ce qui se passe dans le milieu, et dès que j’ai l’occasion de visiter un parc, je ne m’en prive pas ! J’avais déjà eu l’occasion de visiter Universal Studios en 1999 (en son équivalent floridien en 2004), mais il y a eu pas mal de changements depuis.

Le parc est situé sur les hauteurs des collines d’Hollywood, et est desservi par une ligne de métro, dont une des stations se trouve à 300m de notre appartement, ce qui est plutôt pratique ! On l’avait choisi en partie pour ça. On est obligés d’acheter chacun une carte rechargeable à 1$, en plus du prix du ticket, ce qui est un peu inutile pour les touristes d’un jour comme nous, mais tant pis (on les laissera dans l’appart en repartant, en se disant qu’elles serviront peut-être aux suivants). La station est relativement grande, très moderne et très propre. Il n’y a qu’un arrêt avant d’arriver à Universal Studios, mais le trajet dure assez longtemps, ça change du métro de Bruxelles qui s’arrête toutes les 50 secondes !

A la sortie du métro, une navette emmène les touristes jusqu’à l’entrée du parc, ce qui n’est pas de refus, car ce n’est pas très loin, mais ça grimpe bien ! Il est 9h30 lorsque l’on pénètre dans l’enceinte du parc. Etant un jour de semaine dans une période pas encore trop touristique, normalement on ne devrait pas avoir trop files, ce qui se confirmera tout au long de la journée.

On commence avec la plus grosse attraction du parc : le Studio Tour, dont les petits trains nous emmènent au cœur des backstages du cinéma. On passe tout d’abord au milieu des grands bâtiments qui servent de studios, où règne une véritable activité, ce ne sont pas juste de simples décors ! Il n’y a pas grand-chose à voir à proprement parler, mais c’est assez insolite de se dire que d’innombrables films et séries sont tournés presque exclusivement dans ces grands hangars.

La visite devient plus intéressante ensuite, lorsque l’on traverse les décors de vieilles rues new-yorkaises, mais aussi la célèbre place de Hill Valley dans Retour vers le Futur ! Tout est grandeur nature, cette fois ce ne sont bien que de simples façades sans rien derrière, mais très réalistes. Les télés présentes dans le train nous montrent quelques extraits de films tournés dans ces décors, ce qui est assez sympa.

On enchaîne avec King-Kong 360 3D, qui est une attraction à part entière au sein même du Studio Tour. Le train pénètre dans un grand tunnel noir, avec de chaque côté, 2 gigantesques écrans de plusieurs dizaines de mètres de long. Un décor de jungle apparaît et on se retrouve en plein milieu d’un combat entre King-Kong et 2 tyrannosaures. Avec les lunettes 3D et les nombreuses secousses, on est vraiment au cœur de l’action. La scène où l’on voit un des tyrannosaures arracher une partie du train dans lequel on se trouve est vraiment sympa, par contre la chute dans le précipice qui s’ensuit est un peu moins réaliste, on ne ressent pas vraiment cette sensation de chute. Au final, je m’attendais à quelque chose d’un peu plus impressionnant, mais c’est tout de même une attraction de grande qualité.

Le train continue son petit tour, en traversant un décor de village mexicain dans lequel on assiste à un flash flood. L’effet est assez court, et pas des plus spectaculaire, mais c’est sympa ! On passe ensuite successivement dans des décors de western, puis de petit village français, avant de pénétrer à nouveau dans un grand hangar, où a été reconstituée une station de métro. S’ensuit un véritable scénario-catastrophe, avec une simulation de tremblement de terre : les lumières clignotent, des fissures de forment, un métro arrive en face et se plie en 2, le plafond s’écroule, un semi-remorque tombe et prend feu, et enfin une gigantesque masse d’eau s’engouffre subitement dans la station. Ce n’est pas super-réaliste, mais ça reste une attraction assez fun quand même, qui n’a rien à envier à beaucoup d’attractions dans d’autres parcs, sachant que ça date quand même de 1989 ! Et contrairement à beaucoup d’attractions récentes, ça a au moins le mérite d’être entièrement réalisé avec des vrais décors en dur, et non via des écrans avec des images de synthèse.

On enchaîne avec une reconstitution d'une partie du village portuaire d'Amity, que l'on peut voir dans le premier film de la série "Jaws". Un gros requin surgit de l'eau juste à côté du train, c'est assez rigolo tellement c'est mal fait, mais cela dit c'est probablement assez réaliste par rapports aux effets spéciaux de l'époque !

On passe ensuite dans une petite rue ayant servi de décor à toutes les scènes extérieures la série Desperate Housewives. N’ayant jamais vu la série, ça ne m’évoque pas grand-chose, mais c’est le genre de quartier chic comme on en voit dans beaucoup de films ou séries à l’américaine, avec des belles villas 4 façades et des petits jardins bien entretenus !

Dernière curiosité du tour : les décors d’une scène de la Guerre des Mondes, où l’on voit un quartier entièrement ravagé , sur lequel un avion s’est écrasé. Le réalisme est assez impressionnant, on se croirait vraiment dans le film. Un peu plus loin se trouve le nouveau grand bâtiment abritant la nouvelle attraction Fast & Furious (faisant partie du Studio Tour), mais qu’on n’aura malheureusement pas l’occasion de faire étant donné qu’elle n’ouvrait que quelques semaines plus tard, dommage ! Retour au point de départ donc, après plus de 45 minutes de visite.

La sortie de l’attraction nous conduit tout droit en plein coeur de la ville de Springfield et son attraction The Simpsons Ride ! Etant grand fan du dessin animé, j’avais évidemment hâte de la découvrir. Environ 20 minutes d’attente avant de rentrer, mais il y a des télés un peu partout, avec pleins de petites scènes assez drôles, ça fait passer le temps ! Après quelques minutes, on rentre dans un petit sas avec les traditionnelles consignes de sécurité, elles aussi présentées avec beaucoup d’humour absurde, fidèle au dessin animé !

La porte s’ouvre et on prend place dans un petit véhicule ouvert. Celui-ci s’élève, et on se retrouve devant un gigantesque écran hémisphérique, assez impressionnant. Le film se déroule dans un parc d’attractions, où les Simpsons tentent d’échapper à Tahiti Bob ! Le véhicule bouge dans tous les sens en suivant les mouvements de l’image, entre montagnes russes, dark-rides et rivière sauvage ! Le thème colle évidemment très bien à ce genre de simulateur, on ne s’ennuie pas une seule seconde, que du contraire !

Il y a juste selon moi 2 petits points négatifs : premièrement l’image est un peu trop sombre, ce qui est surtout marquant dans la première scène qui se passe pourtant à l’extérieur et en plein jour. Deuxièmement : rien à faire mais les voix françaises sont quand même beaucoup mieux ! Mis à part ça, les sensations sont largement au rendez-vous ! J’adore ce genre de simulateur avec écran géant courbé, c’est très immersif étant donné que pour peu qu’on regarde bien devant soi, on a l’impression d’être littéralement entouré par l’image, c’est infiniment mieux que les petits simulateurs "cabines" avec écran intégré.

On descend ensuite vers la partie basse du parc, via les longs escalators placés à flanc de colline, depuis lesquels on a une très belle vue d’ensemble sur tous les studios servant aux tournages, et ceux abritant les attractions.

Arrivés en bas, on se trouve juste devant la grande arche symbolisant l’entrée de l’attraction Jurassic Park. La bande originale qui résonne dans la zone nous donne envie de re-plonger dans le film ! Très peu de file ici, on embarque quasiment tout de suite dans les bateaux qui nous emmènent à travers une végétation luxuriante habitée par toutes sortes de grosses bébètes préhistoriques ! J’avais déjà fait cette attraction en 99, ainsi que sa version floridienne en 2004. Les deux versions sont très semblables, mais le petit "plus" dans la version hollywoodienne est qu’il y a 2 tyrannosaures à la fin du parcours, contre 1 seul à Orlando. La chute finale est toujours aussi impressionnante, et offre son lot de sensations ! Dans l’ensemble, pour une attraction qui date d’il y a 20 ans, elle est franchement bien conservée.

On enchaîne avec Revenge of the Mummy, qui se trouve juste en face, dont j’avais déjà testé la version floridienne. Celle-ci est un peu moins bien et m’a un peu déçu à vrai dire. La partie dark-ride au début est plus courte, et il n’y a pas d’effets de flammes. La partie coaster dans le noir est sympa mais sans plus, malgré le fait qu’une partie se fasse en avant et l’autre en arrière. C’est assez court aussi et niveau sensations, il n’y a rien de vraiment exceptionnel. Et puis par rapport à la version d’Orlando, il manque aussi la scène finale qui comprenait quelques effets spéciaux, dont notamment le plafond qui s’enflamme. Petite déception donc, due en partie au fait que le connaissais la version floridienne qui est sensiblement meilleure.

Un peu plus loin se trouve l’attraction Transformers, celle que j’avais le plus envie de tester ! Pourquoi ? Parce que j’avais déjà eu l’occasion de faire Spiderman à Orlando, qui est une attraction du même type, et qu’en matière d’immersion, c’est parmi ce qui se fait de mieux ! Après 25 minutes de file (la plus longue attente de la journée), on embarque enfin dans les véhicules. L’attraction est à la fois un mélange de dark-ride, cinéma 4D, et simulateur. Le parcours est assez long, on évolue sur un circuit entouré de décors, des écrans avec des images 3D assurent le "prolongement" du décor, et le véhicule tremble et bouge dans tous les sens pour donner l’illusion de mouvement en rapport avec les images. C’est réellement bluffant, on a vraiment l’impression d’être DANS le film ! Il y a notamment une scène avec une course-poursuite, pendant laquelle on ressent vraiment un effet de vitesse, alors que le véhicule ne bouge probablement que très peu.

Verdict : mieux ou moins bien que Spiderman à Orlando ? Difficile à dire, car mon expérience Spiderman remonte à 2004, ça fait loin ! Néanmoins dans le souvenir que j’en ai, j’ai l’impression qu’il y avait un peu plus d’effets (flammes, eau, vent), ainsi que de décors réels, et que les écrans s’intégraient aux décors de manière plus subtile. Transformers a beau être beaucoup plus récente, elle n’apporte rien de plus par rapport à Spiderman (qui était très en avance sur son temps en fait). Ceci dit, ça reste tout de même du "state-of-the-art" dans tout ce qui se fait en matière d’attraction et d’immersion !

En sortant de l’attraction, on aura l’occasion de croiser des "vrais" Transformers, dont les costumes sont très réussis.

Déjà 13h30, on se pose quelques minutes dans un snack Panda-Express, histoire de se remplir un peu l’estomac. Assiette chinoise au menu, ça reste du fast-food mais ça change un peu (et au moins il y a des légumes !). Et à la différence des snacks traditionnels, pour une fois ce n’est pas de la R&B commerciale qui passe en musique de fond, mais uniquement des BO de films ! J’adore !

Avant de remonter vers la partie haute du parc, profitant du fait qu’on était juste à côté, on va jeter un oeil à l’expo Universal. A part la Delorean de Retour vers le Futur, rien de vraiment captivant, on a très vite fait le tour.

De retour dans la partie haute du parc, on repasse brièvement dans Springfield, j’en profite pour faire quelques photos ! Tous les lieux incontournables du dessin animé sont représentés : la centrale nucléaire, l'école, le mini-market, la taverne de Moe, et le Krusty-Burger ! Il y a même un vendeur de Squishee, qui ont l’air bien chimiques !

On traverse une petite rue du quartier français du parc, très cliché et un peu bizarre car sans aucun rapport avec aucune attraction du parc. Un peu plus loin se trouve l’attraction Despicable Me, inspirée du dessin animé "Moi, Moche et Méchant", mettant en scène les célèbres Minions. Ces derniers sont devenus très à la mode un peu partout (notamment sur Facebook) à peu près quand on est revenus. Je n’avais jamais vu le dessin animé avant, mais suite à l’attraction, j’ai mis ça dans ma liste de choses à faire, car c’est vrai qu’ils sont très rigolos !

Et l’attraction en elle-même est vraiment géniale aussi ! Le principe est un peu le même que pour les Simpsons : un simulateur face à un écran géant. A la différence près que l’écran n’est pas aussi grand et est plat, ce qui enlève un peu le côté immersif, mais c’est compensé par le fait que le film soit en 3D. Comme je l’ai toujours dit, je n’aime pas aller voir des films 3D au cinéma, je trouve ça toujours trop long, et la 3D n’apporte souvent pas grand-chose à part dans 2-3 scènes. La 3D, c’est bien uniquement dans des parcs d’attractions, pour des films en images de synthèse, spécialement conçu pour en mettre plein la vue pendant 4 minutes ! Et ça s’est encore largement confirmé ici !

Il est temps de se diriger vers Waterworld, le gros "stunt-show" du parc, que j’avais déjà vu en 99, mais que j’étais assez impatient de re-découvrir. On pénètre dans le grand amphithéâtre qui fait face aux décors du film. Les 10 premières rangées des gradins sont renseignés comme "soak zone", où on est donc susceptibles de se faire tremper ! Etant donné qu’il fait chaud, on décide de s’y asseoir quand même, au moins on sera plus près de l’action ! Le terme "tremper" n’est pas exagéré, du moins pour certaines personnes ! Alors que les gens s’installent dans les gradins, les acteurs s’amusent à "chauffer" le public, bien que le terme "chauffer" soit ici un peu mal choisi lorsqu’ils balancent sans hésiter des seaux d’eau sur les gens !

Plus de seaux d’eau durant le show, mais en contrepartie, ils font des sortes de "dérapages" avec des jet-skis, en produisant d’énorme vague qui s’abattent sur le public, parfois assez loin ! Le show dans son ensemble est assez rythmé, entre bagarres, lances à eau, explosions et courses de jet-skis sur un plan d’eau pourtant relativement petit pour ce genre d’exercice ! La scène qui m’avait le plus marqué à l’époque était celle où un petit hydravion était catapulté depuis l’arrière du décor et atterrissait juste à quelques mètres du public ! L’effet de surprise n’est évidemment plus là la second fois vu que je m’y attendais, mais ça reste assez impressionnant, car il sort vraiment de nulle part !

Le spectacle dure une vingtaine de minutes en tout, accompagné par la bande originale du film, que j’adore particulièrement ! Etant dans la "soak zone", je n’ai pas pris énormément de photos, il faut vraiment faire gaffe au risque qu’il ressorte de là trempé...

En attendant le show suivant, on se refait une deuxième fois l’attraction des Simpsons, où il n’y avait plus que 5 minutes de file, ça aurait été bête de s’en priver !

On se dirige ensuite vers le spectacle Animal Actors, mettant en toutes sortes d’animaux (parfois insolites) parfaitement dressés, pour les besoins de certains films. Le spectacle s’adresse un peu plus aux enfants, mais il y a tout de même quelques scènes assez drôles.

On terminera la journée avec la dernière attraction qu’on n’avait pas encore faite : Shrek 4D. Il s’agit d’un cinéma 3D très basique, avec quelques effets classiques de secousses, de vent ou d’éclaboussures. Dans un parc d’attraction classique, ça passe sans problème, mais pour un parc comme Universal, ça fait un peu "bas de gamme" comparé au reste. On aurait sans doute dû commencer la journée par ça, car ça ne fait vraiment pas le poids à côté des attractions à couper le souffle que sont les Simpsons, Despicable Me, et Transformers.

A noter que juste à côté de cette attraction, on peut apercevoir le gigantesque chantier de la future zone Harry Potter, dont l’attraction principale devrait compter parmi les meilleures attractions au monde, si l’on en croit les critiques sur la version déjà ouverte à Orlando il y a quelques années.

Il est presque 18h, et le parc va bientôt fermer ses portes. On retourne en quatrième vitesse dans la zone Simpsons car je voulais absolument goûter un Krusty-Burger (pour le fun !). J’avais mis ça dans ma liste de choses à faire absolument, malheureusement il faudra que je revienne une autre fois, car le snack ne servait déjà plus. Dommage car il avait l’air relativement gros en plus ! Timing seulement presque parfait pour cette journée donc : on a pu faire toutes les attractions, il manquait juste quelques minutes pour un Krusty-Burger !

On se dirige vers Universal Citywalk, où on avait prévu de passer la soirée pour fêter la fin de notre voyage (enfin presque). La zone comprend une multitude de boutiques, bars, snacks, et un gros complexe de cinéma (on est sur la propriété d’Universal à Hollywood tout de même !).

On décide de se poser au bar du Hard Rock Café. Comme bien souvent durant le séjour, les prix des bières et cocktails ne sont affichés ni à l’extérieur, ni même sur les cartes à l’intérieur. Bon tant pis, de toutes façons c’est bientôt la fin du voyage, faisons-nous plaisir avant la grosse déprime qui nous attend dans 2 jours ! On prendra une première tournée de cocktails, qui n’étaient pas spécialement bon marché mais quand même moins chers et plus gros qu’à Las Vegas ! Et en plus j’ai pu repartir avec le verre en cadeau ! On a ensuite repris une tournée de galopins de bières, mais le barman n’avait visiblement pas compris qu’on voulait un assortiment chacun ! Et comme à Zion, il a eu l’air assez étonné lorsqu’on lui a demandé ! Mais enfin, c’est pas si énorme quand même !

On sort vers 20h30 histoire d’aller se mettre quelque chose sous la dent avant de continuer la soirée. Alors que le Citywalk fourmillait de gens après la fermeture du parc, il n’y a maintenant quasiment plus personne à l’extérieur, c’est un peu étrange d’ailleurs, je pensais que l’endroit était beaucoup plus vivant que ça (cela dit on était encore en pleine semaine).

Le fait qu’il n’y ait plus beaucoup de monde m’arrange très bien à vrai dire, c’est beaucoup mieux pour prendre des photos ! Car une fois la nuit tombée, tous les bâtiments s’illuminent, tout est très coloré et très photogénique, et je m’en donne à coeur joie ! On dirait presque un mini Las Vegas !

On passe le reste de la soirée dans un autre bar qui fait aussi luna-park et karaoké, et qui en plus propose un happy hour tous les jeudis soirs jusqu’à la fermeture, avec bière à seulement 4$ ! Il y a tout un groupe de jeunes qui se déchaînent au karaoké, l’ambiance est sympa même s’il y avait beaucoup de R&B, ça manquait un peu de bonne chansons ringardes et de variétés comme chez nous lol ! Car une soirée karaoké sans entendre une seule fois un Claude François ou un Johnny, ça fait bizarre en fait !

On quitte l’endroit vers 23h30 et on redescend à pieds vers la station de métro. De retour à l’appartement, on constate avec effroi qu’on avait oublié une bière dans le congélateur la veille au soir, et que celle-ci a littéralement explosé !

1h du matin, notre stock est épuisé, mais on est bien décidés à profiter de notre avant-dernière soirée ! On ressort donc sur Hollywood Boulevard, en quête d’un bar ou d’un magasin pour se ré-approvisionner ! Il y a un bar juste au coin de la rue, mais qui est archi-blindé de monde. Juste à côté se trouve un autre bar/club, avec toute une brochette de gros vigiles à l’entrée qui avaient l’air d’attendre le parrain de la mafia, et qui nous demandent illico de dégager "leur" trottoir, alors qu’on ne s’était même pas arrêté. Très sympa... Le quartier n’est décidément pas plus glamour que la veille...

On finit par trouver un night-shop où on reprend quelques bières pour boire à l’appartement. Etant déjà assez entamés, on se réjouit de trouver aussi 3 énormes canettes de cocktails "tout fait", ce qui nous semblait être la meilleure trouvaille de la soirée ! Bon ben c’est raté, le goût en soi n’était pas spécialement mauvais, mais c’était très sucré et la couleur était limite fluo (pour résumer : très chimique !), mais cela dit c’était assez traître, on avait l’impression de boire du jus, mais il y a avait tout de même plus de 8% d’alcool ! On n’a néanmoins pas tout terminé, c’était franchement trop sucré ! Il est quasiment 4h de matin lorsqu’on commence tous à piquer du nez ! Allez, quelques heures de dodo avant d’entamer la dernière journée du voyage...

> Itinéraire & infos générales
> Jour 1 - Départ + San Francisco
> Jour 2 - San Francisco
> Jour 3 - San Francisco
> Jour 4 - Yosemite National Park
> Jour 5 - Yosemite National Park
> Jour 6 - Bodie + Mono Lake + Death Valley
> Jour 7 - Death Valley + Las Vegas
> Jour 8 - Las Vegas
> Jour 9 - Valley of Fire
> Jour 10 - Zion National Park
> Jour 11 - Bryce Canyon
> Jour 12 - Antelope Canyon + Horseshoe Bend + Monument Valley
> Jour 13 - Monument Valley + Grand Canyon
> Jour 14 - Route 66
> Jour 15 - Universal Studios Hollywood
> Jour 16 - Los Angeles
> Trip report avec photos "people"