ROAD TRIP USA - JOUR 14
ROUTE 66

27/05/2015

> Itinéraire & infos générales
> Jour 1 - Départ + San Francisco
> Jour 2 - San Francisco
> Jour 3 - San Francisco
> Jour 4 - Yosemite National Park
> Jour 5 - Yosemite National Park
> Jour 6 - Bodie + Mono Lake + Death Valley
> Jour 7 - Death Valley + Las Vegas
> Jour 8 - Las Vegas
> Jour 9 - Valley of Fire
> Jour 10 - Zion National Park
> Jour 11 - Bryce Canyon
> Jour 12 - Antelope Canyon + Horseshoe Bend + Monument Valley
> Jour 13 - Monument Valley + Grand Canyon
> Jour 14 - Route 66
> Jour 15 - Universal Studios Hollywood
> Jour 16 - Los Angeles
> Trip report avec photos "people"

Prochaine et (déjà) dernière étape de notre voyage : Los Angeles. Mais avant d’y arriver, on a de la route à faire, beaucoup de route même ! Pas moins de 800km à parcourir, ce sera assurément la journée la plus pénible et la moins intéressante du voyage, mais on avait tout de même prévu d’emprunter une partie de la mythique Route 66 ! On sort donc de l’autoroute juste avant d’arriver à Seligman, un des arrêts incontournables de la célèbre route.

La ville (si on peut appeler ça une ville) est vraiment minuscule, et la partie "intéressante" où s’arrêtent tous les touristes ne fait pas plus de 300m de long ! Je mets "intéressante" entre guillemets, car il n’y a pas grand-chose à voir au final : des vieilles voitures, un snack à burgers, quelques boutiques souvenirs qui vendent tout un tas de bibelots estampillés "Route 66" devant, et "Made in Taïwan" en tout petit derrière... et c’est à peu près tout en fait !

Le snack a un look un peu "rétro-kitsch" assez sympa, avec notamment des toilettes et des vieilles voitures assez insolites à l’arrière, et un des magasins a une devanture assez... spéciale, avec toute une série de mannequins improbables ! Mis à part ça, il y a pleins de panneaux et d’enseignes qui rappellent le côté mythique de la route, mais on a vite fait le tour quand même. Ca reste un petit arrêt sympa à faire pour se dégourdir un peu les jambes, et ça change un peu des paysages désertiques qui bordent la route, mais ça s’arrête là.

On continue sur la Route 66 jusque Kingman. La plupart du temps, la route est toute droite et les abords sont désertiques, ça ne change pas énormément de l’autoroute en fait, si ce n’est que la route est plus étroite. Outre quelques petits hameaux et le village de Peach Springs, il n’est pas rare d’apercevoir des habitations assez éloignées de la route, dans des endroits où il n’y a probablement ni eau ni électricité. C’est à se demander comment on peut vivre comme ça en plein milieu de nulle part, dans des taudis ou des caravanes, entourées de vieilles carcasses de voitures et de brols en tout genre. Je pensais qu’on ne voyait ce genre de chose que dans les films, mais pas du tout en fait. J’ai même été surpris du nombre qu’on en a vu, sur l’ensemble du voyage.

A la mi-journée, on s’arrête brièvement dans un fast-food à l’entrée de la ville de Kingman. Histoire de varier un peu, on choisit de tester un Taco Bell. Ce n’est certes pas de la grande gastronomie, mais c’est pas mauvais et vraiment pas cher.

On continue toujours sur la Route 66, en direction d’Oatman. La route qui y mène est très sinueuse pendant de nombreux kilomètres, et on grimpe pas mal. Le paysage, bien que très accidenté, reste très désertique, à part des cailloux, il n’y a rien ! Ha si, 2 mules sauvages le long de la route ! Un prélude de ce qui nous attend plus loin !

On arrive dans l’ancienne ville minière, où contrairement à Bodie, on ne retrouve pas spécialement le côté "authentique", du fait que les quelques dizaines d’habitants qui y vivent ont sauvé la ville de l’abandon, en dynamisant l’activité commerciale pour tous les touristes de passage empruntant la Route 66. Néanmoins, ça reste assez pittoresque à voir, et on ne regrette vraiment pas d’avoir perdu un peu de temps dans les petites routes sinueuses aux alentours, ça aura permis de briser un peu la monotonie de cette longue journée !

Outre la ville en elle-même, le côté insolite vient surtout des mules sauvages qui se baladent en liberté ! Il y en a partout, et elles sont probablement habituées aux touristes car elles ne sont pas farouches pour un sou !

"Je peux entrer ?"

Et on a même croisé une mère et son petit, mignon comme tout il faut bien l’avouer !

La ville n’est vraiment pas grande, quelques centaines de mètres tout au plus, et à une des extrémités on peut y trouver la célèbre inscription "Historic US 66" ! J’aurais préféré la photographier à un endroit où la route est toute droite au milieu d’un paysage désertique, mais c’est mieux que rien !

Après cette petite pause bien agréable dans ce long trajet, on reprend la route, car on n’est même pas à mi-chemin, il nous reste encore environ 450km ! Mais en regardant le bon côté des choses, au moins on peut profiter de la clim dans la voiture, et heureusement, car il fait pas moins de 35°, et on atteindra même les 40° un peu plus loin en plaine ! Assurément la journée la plus chaude du séjour ! Afin d’être tranquilles jusque Los Angeles, on s’arrête quelques kilomètres plus loin pour faire le plein, dans une petite station-service perdue au milieu de nulle part (ou presque !), où l’essence était vraiment très bon marché.

A hauteur de la ville de Needles un peu plus loin, on reprend l’autoroute qui nous emmènera tout droit vers notre destination. Sans aucun doute la partie la plus ennuyante du séjour, la route est toute droite, on a l’impression de ne pas en voir le bout, et il n’y a absolument rien de spécial à regarder tout autour, à part le désert. Une fois de plus le relief est assez trompeur, vu les étendues gigantesques, ça a souvent l’air plat mais ça ne l’est jamais vraiment.

En début de soirée, on approche doucement de Los Angeles. Juste avant d’y arriver, on passe un dernier col de montagne à plus de 1000m d’altitude, qui marque véritablement la frontière entre le désert de Mojave et le bassin de Los Angeles. A partir de là, on ne fait que descendre pendant plusieurs kilomètres, le contraste est assez saisissant, je n’aurais jamais cru qu’on était aussi haut en altitude.

L’autoroute surplombe la ville de San Bernardino, dans la banlieue nord-est de Los Angeles, mais on ne distingue quasiment rien de la ville. En cause : une couche de smog comme je n’en ai jamais vu, qui donne l’impression que la ville est plongée dans un brouillard épais. C’est assez surprenant de voir comme cette couche de pollution est retenue par les montagnes, car quelques kilomètres avant, alors qu’on était encore dans le désert, la visibilité était très bonne, on voyait à des kilomètres à la ronde.

On a atteint la banlieue, mais il reste encore pas moins de 80km avant d’arriver à Hollywood !! L’autoroute s’élargit à 4, 5, parfois 6 bandes, et les gens ici roulent beaucoup plus vite que la limite autorisée. Néanmoins je pensais que ce serait plus stressant, mais ça a été. Il faut dire que l’itinéraire à suivre est plutôt facile, en gros c’est toujours tout droit !

On finit par prendre la sortie Hollywood située à proximité des studios Universal, et voilà qu’on est pris dans un gros embouteillage dû à des travaux. On perdra une grosse demi-heure, jusqu’à ce qu’on arrive au goulet d’étranglement. Et là, problème : le GPS indiquait qu’il fallait aller vers la droite, mais une déviation nous oblige à aller complètement à l’opposé. Un peu flippant lorsqu’on est dans une ville inconnue aussi grande, que la circulation est dense et qu’il commence à faire nuit ! Heureusement, on arrivera assez facilement à retomber sur nos pas.

On arrive en plein centre de Hollywood, où on avait réservé un appartement dans une petite rue perpendiculaire à Hollywood Boulevard, à quelques dizaines de mètres à peine des lieux touristiques. Il était situé dans un gros immeuble résidentiel assez moderne, avec grand parking privé souterrain à disposition, moyennant 60$ de supplément pour les 2 jours. Ca les valait amplement, il y avait 2 grilles de sécurité avant de pouvoir rentrer, et des gardiens en permanence, je ne pense pas qu’on aurait payé moins cher ailleurs et au moins la voiture ne risquait rien !

Après avoir pris un petit apéro, on sort faire un tour sur Hollywood Boulevard. On déambule sur les trottoirs où sont inscrits les noms des stars. Les plus connus sont concentrés sur la partie la plus "intéressante" du boulevard, qui ne se limite qu’à 400m à peine. Mais dès qu’on s’éloigne un peu des 2-3 grands cinémas, ce ne sont pour la plupart que des illustres inconnus pour le grand public.

Il n’est que 21h30, mais comme je l’avais lu avant de partir, le quartier n’est pas très glamour le soir. Il y a beaucoup de clochards, et de gens qui ont l’air "peu fréquentables" , ça m’a semblé pire qu’à Union Square à San Francisco. On est en tout cas très loin de l’image "strass et paillettes" que l’on s’imagine lorsqu’on parle de Hollywood. On préfère ne pas trop s’éterniser, on va vite manger un sandwich dans un Subway puis on retourne à l’appart (de toutes façons à part les étoiles sur les trottoirs, il n’y pas spécialement grand-chose à voir).

> Itinéraire & infos générales
> Jour 1 - Départ + San Francisco
> Jour 2 - San Francisco
> Jour 3 - San Francisco
> Jour 4 - Yosemite National Park
> Jour 5 - Yosemite National Park
> Jour 6 - Bodie + Mono Lake + Death Valley
> Jour 7 - Death Valley + Las Vegas
> Jour 8 - Las Vegas
> Jour 9 - Valley of Fire
> Jour 10 - Zion National Park
> Jour 11 - Bryce Canyon
> Jour 12 - Antelope Canyon + Horseshoe Bend + Monument Valley
> Jour 13 - Monument Valley + Grand Canyon
> Jour 14 - Route 66
> Jour 15 - Universal Studios Hollywood
> Jour 16 - Los Angeles
> Trip report avec photos "people"