ROAD TRIP USA - JOUR 12
ANTELOPE CANYON
+ HORSESHOE BEND
+ MONUMENT VALLEY

25/05/2015

> Itinéraire & infos générales
> Jour 1 - Départ + San Francisco
> Jour 2 - San Francisco
> Jour 3 - San Francisco
> Jour 4 - Yosemite National Park
> Jour 5 - Yosemite National Park
> Jour 6 - Bodie + Mono Lake + Death Valley
> Jour 7 - Death Valley + Las Vegas
> Jour 8 - Las Vegas
> Jour 9 - Valley of Fire
> Jour 10 - Zion National Park
> Jour 11 - Bryce Canyon
> Jour 12 - Antelope Canyon + Horseshoe Bend + Monument Valley
> Jour 13 - Monument Valley + Grand Canyon
> Jour 14 - Route 66
> Jour 15 - Universal Studios Hollywood
> Jour 16 - Los Angeles
> Trip report avec photos "people"

Réveil de bon matin pour ce 12° jour, car le programme de la journée s’annonce chargé ! Après plusieurs jours de grisaille, le soleil est enfin de retour, la journée s’annonce bien ! On prend rapidement le petit-déjeuner à l’hôtel, c’était le deuxième à en proposer un sur l’ensemble du séjour, ce qui était plutôt étonnant dans cette catégorie de motel bon marché. Enfin, quand je dis petit-déjeuner c’est beaucoup dire, il n’y avait que quelques muffins, du café et du jus d’orange chimique en poudre, pas réellement de quoi se faire un festin !

On ne traîne pas et on file juste quelques kilomètres plus loin, à l’entrée du Lower Antelope Canyon, où on avait réservé pour le tour de 9h. On avait choisi le "Lower" plutôt que le "Upper", car le prix était moins élevé (28$ par personne tout de même), et d’après ce que j’avais lu un peu partout, il était moins fréquenté. Si c’est vrai, je n’ose même pas imaginer la foule qu’il doit y avoir au Upper, car bien qu’il ne soit que 8h30 du matin, c’est déjà blindé de monde ! Bon, on était toujours en plein week-end du Memorial Day aussi, ça a peut-être joué.

Il y a environ 3 ou 4 groupes de 20 personnes qui partent toutes les 20 minutes. En soi ce n’est pas énorme, mais étant donné l’étroitesse du canyon, c’est beaucoup ! Après quelques minutes d’attente, c’est à notre tour de partir. Il y a quelques centaines de mètres à marcher avant de se retrouver à l’entrée du canyon. On devra patienter encore quelques minutes, le temps que les groupes devant nous avancent un peu. Le guide en profite pour donner quelques conseils de réglage pour les appareils photos, on voit qu’ils sont habitués.

Le paysage est très vallonné, et ça ne m’étonne pas du tout qu’il y ait des risques de flash flood mortels en cas de grosse pluie. Et d’ailleurs, le guide nous explique qu’on a eu de la chance, car deux jours plus tôt, le canyon était complètement inondé sous 50cm d’eau ! Timing parfait une fois de plus !

On finit enfin par descendre les escaliers qui s’enfoncent dans le canyon, et là... on en prend plein les yeux ! Le peu de lumière qui parvient à pénétrer dans le canyon offre des jeux d’ombres et des dégradés de couleurs absolument magnifiques sur les parois rouges et striées. Une fois de plus, c’est quelque chose qu’on ne peut voir nulle part ailleurs, et c’est impossible de ne pas tomber sous le charme des lieux !

Le canyon est très étroit, on est souvent obligés de se suivre en file indienne pour avancer, ce qui rend les choses assez difficiles pour prendre des photos sans personne dessus (à part sur la fin où ça allait un peu mieux car les groupes se dissipent un peu). Je reste donc volontairement tout à l’arrière du groupe, mais même comme ça, c’est pas toujours évident. Car n’ayons pas peur des mots, mais ce canyon est une vraie usine qui débite des touristes à la chaîne ! C’est un peu le revers de la médaille, mais en même temps c’est tellement beau, que ce serait vraiment bête de passer à côté juste à cause de ça.

Le canyon n’est pas très long, quelques centaines de mètres à peine, mais on avance relativement lentement, si bien qu’il faut environ 1h pour le traverser. Ca peut paraître énorme pour une distance aussi courte, mais pourtant ça passe beaucoup trop vite ! Malgré la cadence assez lente, il faut quand même toujours suivre le groupe, et les navajos n’hésitent pas à demander de temps en temps d’accélérer un peu le rythme, ce qui est assez frustrant. Si j’avais été tout seul, j’aurais probablement pris le "photo tour", qui permet de rester deux fois plus longtemps et de prendre des photos plus à son aise, même si c’est beaucoup plus cher.

Et dans la série "ça m’énerve", mention spéciale à un groupe d’indiens, non pas des navajos, mais bien des indiens d’Inde, qui étaient juste devant nous, et qui n’arrêtaient pas de prendre des photos d’eux-mêmes tous les 2m, au lieu de prendre des photos du canyon en lui-même...

Il y a quelques petites échelles inclinées durant le parcours, ainsi qu’à la fin du canyon pour remonter à la surface. C’est assez insolite de voir les gens sortir de là, car c’est assez étroit, et on a vraiment l’impression qu’ils sortent de nulle part ! Le guide est au taquet pour nous prendre en photo à la sortie, histoire qu’on n’oublie pas son pourboire !

On était en tout cas tous enchantés par cette visite ! Ce n’était pas spécialement le paysage le plus "impressionnant" du voyage, mais le lieu est vraiment magique et personnellement ce sera un de mes coups de coeur !

Et dans le genre beaucoup moins glamour, je ne peux m'empêcher de montrer ces deux photos de la centrale électrique, qui se trouve juste de l'autre côté du parking, mais qu'on ne voit quasiment jamais dans les trip reports ! Elle paraît loin sur les photos mais c’est uniquement dû au grand-angle de mon appareil. En réalité elle est vraiment toute proche, et on peut dire que ça contraste avec la beauté du canyon !

On reprend la route pour aller quelques kilomètres plus loin, à Horseshoe Bend, où le parking est là aussi bien rempli, et on constate qu'il a effectivement dû pleuvoir pas mal très récemment, car il y a une gigantesque flaque d'eau sur une grande partie du parking ! On emprunte le petit chemin sablonneux d’environ 1km qui mène au point de vue. De loin, on aperçoit déjà ce qui ressemble à deux énormes trouées dans le sol, un peu comme si celui-ci s’était affaissé. L’excitation monte, car on sait que ça va être grandiose !

Quelques minutes plus tard, nous y voilà ! Il faut vraiment se placer au bord de la falaise pour profiter pleinement de la vue, mais une fois qu’on y est, il n’y a qu’un seul mot pour décrire ce qu’on a devant nous : "WAOUWH !!!!". On savait à quoi s’attendre étant donné qu’on avait évidemment déjà vu pleins de photos, mais une fois de plus, c’est bien plus impressionnant en vrai ! Le fer-à-cheval formé par le Colorado est vraiment superbe, avec son aspect quasiment symétrique. Et puis la palette de couleurs est sublime, entre les falaises orangées, les reflets verts émeraude du Colorado, et le ciel bleu teinté de quelques cumulus.

Le site est tellement grand qu’il est assez difficile d’évaluer la hauteur des falaises. Ca n’a pas l’air si haut que ça à première vue, mais une fois de plus c’est très trompeur, car mine de rien on surplombe le Colorado de plus de 300m ! On s’en rendra mieux compte en apercevant 2 bateaux, qui avaient l’air vraiment minuscules.

Ultra grand-angle obligatoire pour photographier ce site, et même avec ça, j’étais tout juste ! J’ai pris plusieurs photos toutes un peu semblables, seules les ombres des nuages varient un peu. Mais comme je n’arrive pas à déterminer quelle photo est la meilleure, j’ai tout gardé !

On restera sur place 20 bonnes minutes à admirer ce point-de-vue absolument grandiose ! Le retour vers le parking est un peu éprouvant car on marche dans le sable, ça monte un peu, et le soleil tape bien !

Dernière curiosité locale avant de quitter définitivement la ville de Page : le barrage de Glen Canyon, devant lequel on était déjà passé la veille en arrivant. Ce n’est pas spécialement LE site touristique à privilégier dans la région, mais comme on était juste à côté, ça aurait été dommage de ne pas prendre quelques minutes pour aller admirer la vue depuis le Visitor Center. Le barrage est relativement imposant, et le pont qui se trouve juste devant lui est assez sympa. Et puis on a également une très belle vue sur le canyon et le Colorado, qui se trouve pas moins de 200m plus bas !

On est seulement à la mi-journée, mais on ne traîne pas, car on a encore au moins 2h30 de route avant d’arriver à Monument Valley, et on va de nouveau perdre l’heure de décalage horaire qu’on avait re-gagné la veille entre Bryce et Page ! Entre les changements de fuseaux horaires, l’Arizona qui n’applique pas l’heure d’été, et les Navajos de Monument Valley qui se calent sur l’heure de l’Utah tout en étant pile à la frontière avec l’Arizona, c’est un peu casse-tête !

Les deux premières heures de route présentent assez peu d’intérêt, sauf à l’approche de la ville de Kayenta, où le paysage devient plus changeant, avec de gros rochers un peu roses/oranges d’un côté de la route, et des collines beaucoup plus brunes avec des broussailles de l’autre côté.

On s’arrêtera une petite demi-heure dans la ville, la dernière avant Monument Valley, histoire de se faire un bon Burger King (une valeur sûre !), car mine de rien on n’a encore quasiment rien mangé de la journée. Sur un petit coup de folie, je décide d’accompagner ça avec un Dr. Pepper, ça devait bien faire 15 ans que je n’avais plus bu ça ! Bon ben maintenant je sais pourquoi : c’est quand même vachement sucré et écoeurant !

Petit détour par un supermarché juste à côté, histoire d’aller chercher quelques bières pour la soirée… et bien non, on devra faire avec le peu qu’il nous reste, car ils n’en vendent pas ! Sans doute parce qu’on est déjà sur le territoire des Navajos.

Une fois passé Kayenta, le paysage devient beaucoup plus intéressant, avec plusieurs petits massifs rocheux assez insolites le long de la route.

Quelques minutes plus tard, on aperçoit enfin les silhouettes des buttes de Monument Valley. On a presque l’impression d’être déjà venu et de connaître le paysage, tellement on l’a déjà vu en photos, dans des films, ou encore via des affiches ou des films publicitaires !

A proximité de la route, on aura l’occasion d’apercevoir à 2 reprises des mini-tornades de poussière, C’est peut-être banal là-bas, mais pour nous c’est assez insolite !

Avant de rentrer au cœur du site de Monument Valley, on poursuit notre route une vingtaine de kilomètres plus loin, jusqu’au "Forrest Gump Point", à l’endroit précis où Forrest s’arrête de courir dans le film ! Ce n’est pas un site touristique à proprement parler, mais la vue sur cette route toute droite qui s’engouffre dans Monument Valley, avec les buttes au loin, est juste exceptionnelle ! Dommage que le temps est un peu brumeux, mais ça n’enlève rien à la dimension "culte" du paysage, et ça vaut largement les quelques kilomètres de détour !

Il est déjà 17h, on rebrousse chemin, on ne doit plus trop traîner si on veut encore pouvoir faire la Valley Drive. Quelques minutes plus tard, on s’étonne de ne voir aucun Navajo à l’entrée de Monument Valley. La barrière est ouverte, et il n’y a personne pour nous réclamer les 26$ d’entrée. Serait-ce à cause du Memorial Day ? Ce serait tout de même un peu étonnant. Quoiqu’il en soit, on poursuit notre route vers le parking.

Et nous voilà face à un des paysages les plus mythiques de tout l’ouest américain, le genre de paysage que tout le monde a déjà vu au moins une fois en photo, avec ses 3 buttes orangées qui se dressent au milieu du désert ! On se croirait vraiment en plein western, impossible de rester insensible devant un site pareil ! Ce n’est pas aussi impressionnant que certains autres paysages traversés durant les jours précédents, mais c’est vraiment le côté mythique qui fait toute la différence.

Après une première séance obligatoire de photos, on remonte en voiture dans le but de parcourir la Valley Drive, qui fait une boucle en plein cœur du parc. Mais voilà qu’en arrivant au début de la piste, on constate que la barrière est déjà descendue, avec un panneau indiquant que l’accès ne pouvait se faire que jusque 17h... J’avais pourtant noté 18h en préparant le voyage. Aie, notre slogan timing parfait en prend un coup ! Bon, on aurait très bien pu faire comme si on n’avait rien vu et passer sans problème à côté de la barrière, mais ne sachant pas trop bien si on risquait quelque chose, on a fait les touristes bien élevés ! On n’avait pas envie non plus de se faire scalper par les Navajos !

Après un petit debriefing, on se dit qu’on se lèvera un peu plus tôt le lendemain pour faire la piste au matin, avant de partir vers le Grand Canyon. Vu qu’on re-gagnera une heure de décalage horaire, ça ne devrait pas trop impacter notre planning.

Entre-temps, on décide d’aller se balader un peu à pied sur le Wildcat Trail, en attendant le coucher de soleil. Le sentier descend vers la West Mitten Butte, puis fait tout le tour de celle-ci, mais faute de temps, on s’arrêtera avant de commencer la boucle. On marche dans du sable tout le long, et une fois de plus, on remarque que le relief n’est pas du tout plat, comme on pourrait le penser ! Et dans le même ordre d’idée, on a vraiment du mal à réaliser que les buttes mesurent environ 300m de haut ! Tout est tellement démesuré qu’on perd un peu tous ses repères.

Malgré le fait qu’on n’ait pas été très loin, c’était suffisant pour admirer le paysage, principalement les 3 buttes, sous un angle un peu différent par rapport au point-de-vue situé plus haut sur le parking. Et puis c’est beaucoup plus sympa car il n’y a personne, et on se sent vraiment au coeur du paysage. Sans compter que tout comme à Horseshoe Bend au matin, le mélange de couleurs est superbe, entre le sable et les roches oranges, les buissons bien verts, et le ciel bleu ponctué de quelques nuages.

Il est déjà passé 19h lorsqu’on remonte au parking. On décide d’attendre le coucher de soleil, ce serait vraiment bête de louper ça dans un endroit pareil ! Sauf que... il y a un énorme nuage derrière nous, qui risque bien de jouer les trouble-fête au moment fatidique ! Mais tout n’est pas perdu ! En tentant de simuler la descente du soleil et le déplacement des nuages, sachant qu’il y a une trouée dans celui-ci, je me dis qu’avec un peu de chance, le soleil arrivera pile au niveau du trou juste avant de disparaître.

Et c’est précisément ce qui s’est passé !!! On a donc pu profiter des derniers rayons du soleil avant que le soleil ne se couche totalement ! Ca n’a pas duré très longtemps, 3-4 minutes à peine, mais le spectacle était grandiose ! Ca valait le coup d’attendre, on l’a finalement eu notre coucher de soleil ! Et ce sera sans doute le meilleur "timing parfait" des vacances !

En quittant le parc, on aura encore l’occasion de profiter des silhouettes emblématiques de celui-ci, sous un ciel assez sympa.

A peine quelques kilomètres plus loin, nous voilà au Goulding’s Lodge, le seul lieu d’hébergement situé à proximité immédiate (si l’on excepte l’hôtel qui se trouve dans le parc, face aux buttes). Juste avant de faire le check-in, on aura l’occasion d’admirer une dernière fois le coucher de soleil sur le "skyline" de Monument Valley. Les rochers sont littéralement rouge flamboyant, c’est tout simplement grandiose !

Une fois le check-in effectué, on s’empresse d’aller au restaurant de l’hôtel, car celui-ci allait déjà bientôt fermer. Le resto est relativement grand, et assez sinistre ! Ca ressemble presque à une cantine scolaire, éclairées entre autres par des néons assez "froids". Ca se voit qu’ils ne se foulent pas trop sur l’accueil, ils savent qu’il y aura du monde quoiqu’il arrive étant donné que c'est à peu près le seul point de restauration à des dizaines de kilomètres à la ronde. Et en plus les plats sont assez chers en général, sauf un : les Tacos ! Seulement 11$ à la carte, on prendra tous ça, et c’est d’ailleurs ce que prennent la majorité des gens. L’assiette n’a l’air de rien à première vue, mais s’avère très consistante au final. Ce n’est pas e la haute gastronomie certes, mais pour le prix on ne va pas se plaindre, même si c’est considéré comme, je cite, de "l’étouffe-chrétiens", selon le guide du Routard de Julien ! Très belle expression ma foi !

Il fait totalement noir lorsqu’on sort du resto, et on aperçoit quelques éclairs au loin, mais un peu trop loin que pour pouvoir vraiment en profiter. Dommage, ça doit surement être assez spectaculaire dans un décor pareil !

Outre l’hôtel en lui-même, le site comprend également un camping, ainsi que plusieurs maisons, et c’est l’une d’elles que l’on avait réservé (vu les prix plutôt bon marché), en l’occurrence la "Red Rock Pass House". Celle-ci se trouve loin derrière l’hôtel, dans un endroit un peu isolé (enfin, en même tout est un peu isolé par ici !). On a un plan du site, mais malgré ça, on galère un peu à la trouver, car elle était située en haut d’un petit chemin de terre à l’écart de la route, et dans l’obscurité totale avec juste les phares de la voiture, c’est pas évident ! On en viendrait presque à regretter la pollution lumineuse des grandes villes !

On finit tout de même par trouver la maison, il ne reste plus qu’à s’installer. Sauf que… on n’arrive pas à rentrer ! Ou plutôt on ne trouve aucune porte dans laquelle insérer la clef magnétique ! On fait tout le tour de la maison, en s’éclairant avec des lampes de poches (car il fait vraiment noir de chez noir). Il y a au moins 3 portes, mais aucune ne permet d’insérer la clef ! On s’apprête à retourner à la réception en voiture, lorsque Lucie découvre la "subtilité" : la porte principale était munie d’une double porte-moustiquaire, il suffisait d’ouvrir celle-ci, et la "vraie" porte avec la serrure pour la carte magnétique se trouvait juste derrière…. Bon ben heureusement qu’on n’est pas allé à la réception, car après le petit souci avec la voiture en début de séjour, je crois qu’on aurait vécu un grand moment de solitude une deuxième fois !

Nous voilà enfin à l’intérieur ! La maison est super grande, il y a pas moins de 4 chambres et 2 salles de bains, on pourrait y dormir à 10 sans problème. La déco est assez vieillotte et ça sent fort le renfermé, mais on s’y fait ! On passera le reste de la soirée à s’imaginer des histoires d’horreur et de slashers ! Il n’y avait pas de meilleur endroit pour faire ça : 5 touristes dans une grande maison perdue en plein milieu du désert, complètement isolée de tout, avec du tapis bien kitsch digne de l’hôtel Overlook dans Shining ! D’autant plus qu’il y avait visiblement un grenier (qui sait ce qui peut se cacher là-haut), et pire, une cave ! Il ne manquerait plus qu’on apprenne que la maison a été construite sur un vieux cimetière indien, qu’on décide alors de quitter cet endroit au plus vite, et qu’on se rende compte que quelqu’un (ou quelque chose) à saboté la voiture pour nous empêcher de partir... J’ai vu suffisamment de films de série Z pour savoir comment ça pourrait se terminer...

Tout se passait bien, mais voilà que Anso nous fait sursauter en se mettant à crier soudainement ! Rien de grave, ce n'était qu'une petite souris qui traversait le salon ! Ca nous fera plus rire qu'autre chose, on n'aurait surement pas eu la même réaction si ça avait été une tarentule !

On finit par se décider à aller dormir, en espérant qu’on sera encore tous vivants le lendemain matin !

> Itinéraire & infos générales
> Jour 1 - Départ + San Francisco
> Jour 2 - San Francisco
> Jour 3 - San Francisco
> Jour 4 - Yosemite National Park
> Jour 5 - Yosemite National Park
> Jour 6 - Bodie + Mono Lake + Death Valley
> Jour 7 - Death Valley + Las Vegas
> Jour 8 - Las Vegas
> Jour 9 - Valley of Fire
> Jour 10 - Zion National Park
> Jour 11 - Bryce Canyon
> Jour 12 - Antelope Canyon + Horseshoe Bend + Monument Valley
> Jour 13 - Monument Valley + Grand Canyon
> Jour 14 - Route 66
> Jour 15 - Universal Studios Hollywood
> Jour 16 - Los Angeles
> Trip report avec photos "people"