ROAD TRIP USA - JOUR 7
DEATH VALLEY + LAS VEGAS

20/05/2015

> Itinéraire & infos générales
> Jour 1 - Départ + San Francisco
> Jour 2 - San Francisco
> Jour 3 - San Francisco
> Jour 4 - Yosemite National Park
> Jour 5 - Yosemite National Park
> Jour 6 - Bodie + Mono Lake + Death Valley
> Jour 7 - Death Valley + Las Vegas
> Jour 8 - Las Vegas
> Jour 9 - Valley of Fire
> Jour 10 - Zion National Park
> Jour 11 - Bryce Canyon
> Jour 12 - Antelope Canyon + Horseshoe Bend + Monument Valley
> Jour 13 - Monument Valley + Grand Canyon
> Jour 14 - Route 66
> Jour 15 - Universal Studios Hollywood
> Jour 16 - Los Angeles
> Trip report avec photos "people"

Réveil très matinal à 5h15 en ce 7° jour ! Le but étant d’aller voir le lever de soleil à Zabriskie Point, qui ne se trouve heureusement qu’à quelques minutes de Furnace Creek. On s’était basé sur les heures officielles de lever de soleil pour être là à temps, soit 5h37 très exactement, mais c’était sans compter le fait qu’il fallait attendre que le soleil passe par-dessus les montagnes pour que ses rayons atteignent enfin le site. Au final on aurait pu dormir 1/2h en plus, mais bon tant pis ! Il y a quelques autres personnes sur le site, mais pas beaucoup (une vingtaine).

Le site a déjà un aspect très surréaliste à la base, on se croirait vraiment sur une autre planète, mais lorsque le soleil encore rasant pointe enfin le bout de son nez, tout le relief est mis en valeur pendant quelques minutes. Bien que ce soit très joli à voir, j’en avais gardé un meilleur souvenir lors de mon premier voyage en 99. J’avais en tête que la lumière ambiante était plus sombre et que les couleurs étaient plus dans des tons orangés. Au-delà de ça, le site en lui-même reste exceptionnel.

En repartant, on distingue une petite tache noire au loin. Au début, on s’est demandé si c’était un animal, mais au final c’était bien un homme. C’est là qu’on se rend un peu mieux compte de la grandeur du paysage, car il paraissait vraiment minuscule.

On retourne à Furnace Creek pour prendre une douche et un petit-déjeuner. Entre-temps, le ciel s’est assez bien voilé, on a vraiment eu de la chance pour le lever du soleil en fait ! Timing parfait !

Après avoir remballé les bagages, on reprendre la route pour aller explorer les quelques autres sites remarquables à proximité. On commence par Devil’s Golf Curse, accessible par une courte piste qui part de la route, et qui termine en cul-de-sac à ce lieu-dit. Mis à part la piste d’accès, le terrain tout autour est très inhospitalier car il ne se compose que de formations de roche, de sel et de boue séchée. Il faut être assez prudent en marchant là-dessus car c’est assez acéré, un faux pas peut vite arriver et en cas de chute, il y a surement moyen de se faire bien mal.

On se sent vraiment tout petit dans ce paysage, où on est littéralement au milieu de nulle part. L’est ou l’ouest sont bordés par des montagne, tandis qu’au nord et au sud, la vallée s’étend à perte de vue. Bref, un lieu plutôt insolite à voir, même si justement il n’y a ... rien de spécial à voir ! Le long de la piste, le dessus des rochers avait un étrange aspect blanc, qui donnait vraiment l’impression qu’il s’agissait de neige, ce qui était évidemment plutôt surréaliste ! Et au passage, voici une photo de notre belle voiture !

On repart quelques kilomètres plus loin vers Badwater, réputé comme étant un des endroits les plus chauds de la terre ! Sur ce coup-là, on est plutôt déçus, car il ne fait que 30°, soit au moins 20° de moins par rapport à ma première visite en juillet 1999 ! N’aimant pas la chaleur, ça m’arrange bien, mais c’est juste qu’on ne pourra même pas faire les malins en revenant, en se vantant d’avoir été dans un endroit où il faisait 50° !

D’un point de vue du paysage, le constat est un peu le même que pour Devil’s Golf Curse : il n’y a pas grand-chose de spécial à voir, mais il faut le voir ! Le côté insolite du lieu vient de son côté très aride, et puis de cette grande étendue de sel, qui ressemble à une rivière toute blanche. Sans oublier sa situation, 86m sous le niveau de la mer, ce dernier étant indiqué par un panneau qui paraît bien petit sur la montagne qui borde la route. Le temps est assez brumeux, on ne voit pas le soleil, mais la réverbération de la lumière sur le sol blanc est tout de même éblouissante. On marchera quelques centaines de mètres avant de revenir sur nos pas (à part vouloir traverser le désert, il n’y a de toutes façons rien d’autre à faire ou à voir).

A proximité du parking, il reste encore quelques dizaines de mètres carré couverts de quelques centimètres d’eau. C’est à se demander comment cette eau peut subsister dans un endroit pareil.

On refait demi-tour en direction de Furnace Creek, mais en faisant cette fois un petit détour par les montagnes, via la route "Artist’s Drive". Tout comme la veille, la route n’a l’air de rien du fait de l’immensité du paysage, mais ça grimpe relativement fort. A mi-chemin, on arrive au lieu-dit "Artists Palette", où l’on peut observer des roches de différentes couleurs, les unes à côté des autres, principalement dans des tons bruns, oranges, rouges, jaunes, mais aussi verts et blancs ! C’est assez original mais on n’avait certainement pas la meilleure lumière pour en profiter. Ca aurait probablement déjà été beaucoup plus joli avec un beau ciel bleu.

Juste en contrebas de ces formations rocheuses, on peut observer ce qui ressemble au lit d’un torrent à sec, probablement creusé lors d’un flash flood.

La route qui redescend vers la Badwater Road est assez sinueuses, on traverse des sortes de petits canyons, assez sympa ! En repassant devant le parking de Zabriskie Point, on constate que pas moins de 6 autocars y sont garés ! On imagine bien le monde qu’il doit y avoir à cette heure-ci, et on n’est pas mécontent de s’être levé très tôt pour y aller, lorsqu’il n’y avait quasiment personne !

Dernière étape dans la Death Valley : le point de vue de Dante’s View. Une fois encore, la route ne fait que monter de façon continue, pendant environ 40km ! La pente est cependant un peu moins prononcée que ce qu’on a fait la veille ou un peu plus tôt sur Artist Drive. Les 500 derniers mètres sont par contre très raides, avec une pente de pas moins de 15%, cette partie est d’ailleurs interdite aux gros véhicules style camping-car.

Le point de vue au sommet offre un panorama exceptionnel sur toute la vallée. On se trouve quasiment au-dessus de Badwater, là où on était encore 2h plus tôt, à la différence près qu’on est pas moins de 1700m plus haut ! Cela dit, le paysage est tellement immense qu’on n’a pas l’impression d’être à une altitude aussi élevée. Alors que Badwater juste en-dessous de nous est le point le plus bas de l’Amérique du Nord, juste en face, le Telescope Peak culmine à plus de 3000m, le contraste est saisissant !

Il y a un petit sentier qui permet de marcher quelques centaines de mètres le long de la crète. On restera une petite heure sur place à admirer le paysage. Seul regret : une visibilité plutôt médiocre due au temps assez brumeux.

Juste avant de repartir, le ciel s’éclaircit assez soudainement, le soleil et le ciel bleu font enfin leur apparition ! On en profite pour re-prendre quelques photos, car c’est tout de suite beaucoup plus joli !

On reprend la route, direction Las Vegas ! Après un peu plus de 2h de route, les immeubles des grands casinos du Strip sont enfin en vue, mais il faut encore traverser toute la banlieue de la ville, qui est très étendue. Quelques minutes plus tard, on arrive au cœur de la ville, en passant entre l’hôtel Excalibur et son look très "Disney", et l’hôtel New-York New-York avec sa montagne russe qui en fait tout le tour. On a vraiment l’impression de pénétrer dans un grand parc d’attractions, mais en ce qui me concerne, l’effet de surprise était moins présent étant donné que j’étais déjà venu, même si c’était il y a longtemps (je me souviens qu’à l’époque, lorsqu’on était entré sur le Strip via cette route, on était comme des fous !).

On n’avait pas très loin à aller, étant donné qu’on avait réservé au MGM, qui se trouvait juste face à nous. Une fois de plus, merci à Google Street View qui m’avait permis de repérer à l’avance où se trouvait l’entrée du self-parking, car il est plutôt mal renseigné, tout est démesuré, il y a pleins de choses qui attirent le regard partout, la circulation est assez dense, et avec des routes à 5 ou 6 bandes, c’est mieux de savoir où on doit aller, pas question de faire des demi-tours sauvages ici !

Nous voilà donc dans l’immense parking situé à l’arrière de l’hôtel. On n’était heureusement pas très loin du lobby. On accède à celui-ci via un passage en sous-sol, qui comprend déjà des boutiques et des snacks. On arrive à la réception, grande comme un demi terrain de football, avec des dizaines de comptoirs ! J’avais lu qu’il fallait parfois faire pas mal de file pour le check-in, mais il n’en sera rien, on a eu nos clefs en à peine 5 minutes. Et au passage, on a fait quelques économies ! On avait en effet réservé 3 chambres pour 2 nuits, ce qui, en tenant compte des taxes et des "frais de service", nous faisait un total de 732$. Avant de partir, vu que l’euro perdait de la valeur face au dollar, on avait explicitement demandé aux hôtels qu’ils débitent la totalité des montants (ce qui limitait aussi les dépenses sur place). Je ne sais pas trop comment ils ont fait leurs calculs, mais ils n’avaient pas débité la totalité, et je m’attendais à devoir encore payer environ 300$ sur place… mais ils n’ont réclamé que la moitié de cette somme ! Je n’ai évidemment rien dit, tant pis pour eux, ça leur apprendra à avoir des politiques tarifaires aussi complexes (prix de la chambre, taxes, frais,...)

On prend possession de nos chambres, toutes dans le même couloir, au 23° étage de l’aile nord ! La chambre est relativement grande, quasiment aussi grande que mon studio à Bruxelles ! Le mobilier a un petit côté rétro un peu kitsch, mais je m’en contenterai !

On a une vue sur l'arrière de l'hôtel, avec le parking et la piscine. Bon, c'est pas la meilleure vue évidemment, mais on ne compte de toutes façons pas rester cloîtrés dans nos chambres !

Après s'être installés, on redescend et on entame une petite visite du casino situé au rez-de-chaussée. C'est un des plus grand hôtels-casinos de la ville, et c'est assez difficile de se repérer lorsqu'on débarque là pour la première fois. Outre le casino, le bâtiment abrite des salles de spectacles, et une multitude de bars, restaurants, et magasins. C'est vraiment une ville dans la ville. N'ayant rien mangé depuis le matin, on s'arrête brièvement dans un snack à pizzas, histoire d'avoir quelque chose dans le ventre. Juste après, en re-traversant le casino pour rejoindre la sortie, Anso se laisse tenter par les jeux de roulettes électroniques ! Elle n'a fait que quelques parties, mais qui lui ont permis de gagner assez facilement 10$ ! Pour les petits montants on peut retirer l'argent en cash directement à des bornes situées un peu partout, en insérant simplement le ticket donné par la machine. Pratique !

On finit par trouver une des sorties, dont les portes de verre sont tellement teintées qu'on devine à peine qu'il fait encore clair à l'extérieur. Nous voilà donc sur le Strip, juste en face du New-York New-York. On déambule sur le trottoir, où il y a beaucoup de monde, de bruit, de gens bizarres ou déguisés. Arrivés au Planet Hollywood, Julien, Lucie et moi-même faisons demi-tour, car on avait réservé des places pour assister à un spectacle du Cirque du Soleil. Ce n’est pas ça qui manque à Vegas, et on s’était dit que c’était une bonne occasion d’en voir au moins un. On avait choisi "Ka", au MGM, car il avait en général de bonnes critiques, et puis aussi par facilité puisque c’était dans l’hôtel où on était.

Et nous voilà donc dans le "Ka Theater", un amphithéâtre d’environ 2000 places, spécialement conçu pour le show. Le lieu est assez remarquable. J’avais réussi à avoir des places relativement bien situées, pour seulement 70$ au lieu de 120, via un sites offrant pleins de codes de réductions, mais il avait fallu que je fasse la réservation par téléphone, car visiblement le site de paiement du groupe MGM n’accepte pas les cartes de crédit européennes (c’est un problème assez récurrent apparemment, je ne comprends pas trop pourquoi).

10 minutes avant le début du spectacle, plusieurs acteurs font irruption dans la salle, en sautant partout entre les sièges, et en se balançant depuis les structures sur les côtés. Une très bonne animation pour patienter ! Au 2° rang, un spectateur se fait arracher son appareil photo, puis son gsm, ils sont jetés dans la scène, qui semble n’être qu’un grand précipice, avec un effet d’explosion ! Puis c’est au tour du spectateur en lui-même d’être littéralement "jeté par-dessus bord" ! Bon, ok c’était un acteur aussi, mais c’est tout de même assez rigolo sur le moment-même !

Le spectacle en lui-même durera environ 1h30. Globalement le show est assez exceptionnel, même si certaines scènes sont un peu "cucul". Outre le jeu des acteurs, c’est surtout l’aspect technique qui m’a vraiment impressionné. Le décor change au fil du spectacle, il y a 2 scènes qui sont complètement mobiles : l’une s’avance et se recule, tandis que l’autre, plus grande, monte, descend, et tourne sur elle-même ! La bande-son est également assez sympa (j’achèterai d’ailleurs le cd le lendemain).

Le plus impressionnant étant sans doute lorsque la grand scène se place en position verticale, puis finit par disparaître en s’enfonçant dans le sous-sol. Je n’imagine même pas la hauteur totale de l’espace scénique !

La dernière scène offre un décor un peu "industriel", qui me fait un peu penser au décor d’une scène de Rammstein ! Le numéro avec la double "roue de la mort" est assez impressionnant lui-aussi, bien qu’étant un peu moins original que le reste du spectacle. Le show se termine avec le salut des dizaines d’acteurs qui viennent sur le devant de la scène, tandis que quelques effets pyrotechniques jaillissent derrière eux. C’est le genre de truc qui impressionne les gens à mon avis, mais ça n’apporte rien au show en lui-même, c’est plus de la "poudre aux yeux" je trouve !

C’était la première fois que je voyais un show du Cirque du Soleil en vrai, et ça correspondait bien à l’idée que je m’en faisais. Le gros avantage de les voir ici à Vegas est que les salles sont construites sur mesure, ils peuvent donc se permettre plus de choses je pense. Dans le cas présent, la scène mobile est quelque chose qu’il serait impossible de reproduire ailleurs.

Ced et Anso nous rejoignent à la sortie du spectacle, place à la 2° partie de la soirée ! On avait prévu de faire un peu la fête (on est à Vegas tout de même !), mais pour ne pas trop se ruiner, j’avais lu qu’il valait mieux aller dans le downtown. On prend donc le bus Deuce, qui fait la liaison entre le Strip et Fremont Street. Les tarifs sont assez bizarres : entre le ticket à 6$ valable seulement 2h, et celui à 8$ valable 24h, le choix est vite fait, on opte pour la 2° possibilité, en se disant qu’on pourra encore le ré-utiliser le lendemain.

Alors que la température ambiante à l’extérieur était relativement agréable, à l’intérieur du bus, la clim est poussée à fond, à un point qu’il fait même trop froid. Le bus est rempli d’américains "moyens", les gens crient beaucoup, c’est un peu bizarre, on se demande un peu où on est tombés, mais au moins il y a de l’ambiance ! Le trajet prend assez bien de temps du fait des nombreux arrêts. Il nous faudra quasiment 1h pour atteindre notre destination, malgré le fait qu’il n’y ait même pas 10km.

Le bus nous dépose juste devant la zone piétonne de Fremont Street, recouverte d’un gigantesque écran LED sur plusieurs centaines de mètres de long. Des shows son et lumière ont lieu toutes les heures, on est arrivés pile lorsque l’un d’eux commençait. C’est très coloré, très dynamique, avec pleins de motifs un peu psychédéliques, le tout avec une bande-son assourdissante qui résonne dans toute la rue. Personnellement, j’adore !

A la fin du show, les lumières des enseignes des casinos se rallument un peu partout. Il y a beaucoup de monde qui déambule, et la foule combinée au bruit incessant rendent l’ambiance un peu "oppressante". Même si j’aime beaucoup me balader au milieu de toutes ces lumières, honnêtement je ne pensais pas que j'aurais ce ressenti, il y a de quoi devenir fou en restant là trop longtemps ! Tout le long de la rue, il y a aussi 3 scènes fixes où ont lieu des concerts gratuits tous les soirs, avec différents styles de musique.

On s’arrêtera finalement devant la dernière scène, située tout au bout de la rue, devant le casino Golden Gate, qui possède un bar se trouvant directement sur la rue ! On se prend une première tournée de bières, à pas moins de 11$ le verre, mais ceux-ci sont vraiment grands, genre 1 litre, ce qui au final n’était pas encore trop cher. Quelques minutes plus tard, on découvrira que les 2 serveuses ont aussi pour mission d’attirer les clients en dansant sur le bar, lorsqu’elles n’ont personne à servir. Bienvenue à Las Vegas !

Le groupe qui joue sur scène s’appelle Monroy (enfin, c’est juste le nom du chanteur je pense), ils jouent des reprises rock en tout genre, c’est assez sympa. C’est le genre de groupe capable de tenir toute une soirée sans s’arrêter, mais ça sonne plutôt pas mal, et le batteur se débrouille assez bien !

Le groupe fait une petite pause toutes les heures, pendant les shows son et lumière. Le deuxième était encore plus psychédélique que le premier ! Au final on reprendra encore une tournée et on restera là toute la soirée !

A un moment, le groupe reprend le tube "Welcome to the jungle" des Guns N’ Roses, et ça nous a bien fait rire vu le contexte. Car au niveau du public devant la scène, entre les familles "Groseille", un vieux fou qui dansait en chaussettes, et un clodo qui faisait des petits tas d’ordures, ben c’était effectivement un peu la jungle ! C’est clairement le genre de public que je n’aimerais pas avoir en étant sur scène, c’est pas très gratifiant pour le groupe !

Minuit, les concerts se terminent, et un dernier son et lumières prend le relai, avec un côté très patriotique. C’était clairement le moins bon des 3 qu’on a vu, même s’il y avait des feux d’artifice !

La rue commence tout doucement à se vider. Julien et moi on reprendra encore un petit Jack Daniel's à un autre bar tout proche. Pas de serveuse en bikini ici, mais un serveur plutôt impressionnant, qui jonglait avec ses bouteilles avec une dextérité remarquable, avant de finir par servir les verres sans les mains, avec la bouteille posée sur son chapeau ! Bon, c'était pas donné (10$ le verre, sans les pourboires), mais le petit show était bien sympa, et le verre était quand même bien servi !

On remonte jusqu’à l’autre extrémité de Fremont Street (enfin, plutôt jusqu’à la fin de la section couverte). Quelques dizaines de mètres plus loin, on se retrouve dans "Fremont East", où s’alignent bars, clubs et boîtes de nuit. Le quartier nous paraît beaucoup moins glamour, et même un peu glauque. C’est peut-être une fausse impression juste due au fait qu’on se trouve vraiment au cœur du "vieux" Las Vegas, mais quoiqu’il en soit, on ne s’éternise pas et on fait demi-tour.

L’alcool aidant, on avait un peu faim ! Quitte à pousser le vice jusqu’au bout, on était prêts à se rendre au "Heart Attack Grill", réputé pour ses burgers hyper-caloriques servis par des serveuses déguisées en infirmières ! Malheureusement c’était déjà fermé (ce qui contredit l’expression "Las Vegas, la ville qui ne dort jamais"). On se rabat sur le Denny’s juste à côté, où je prends un burger qui ne me laissera pas un souvenir mémorable, il y a avait trop de sauce sucrée, ce dont je ne suis pas fan.

Il est déjà 2h30 du matin, tous les casinos sont bien sûrs encore ouverts, mais la rue est quasiment déserte, et étrangement silencieuse comparé à quelques heures plus tôt, ça donne vraiment une impression bizarre. On mettra un peu de temps pour trouver l’arrêt de bus dans l’autre sens, si je me souviens bien on a demandé à un ou 2 passants avant de trouver ! On n’avait pas bu tant que ça, mais on était quand même tous un peu pleins ! Il faut dire qu’on n’avait pas mangé grand-chose et qu’on s’était levé très tôt aussi ! Julien, Lucie et Cédric s’endormiront rapidement une fois assis dans le bus, seuls Anso et moi étions encore éveillés, bien que je commençais aussi à m’endormir sur la fin ! Heureusement qu’Anso était là pour ne pas qu’on loupe notre arrêt !

Il est plus de 3h30 lorsqu’on arrive enfin au MGM. Il n’y a plus grand monde dans le casino, si ce n’est quelques irréductibles joueurs hypnotisés par les machines à sous, je ne serais pas étonné que certains restent là toute la nuit, consciemment ou non. Par contre, même s’il n’y a plus grand monde, il y a toujours ce bruit de fond incessant, qui ne s’arrête jamais. Ca doit vraiment être pénible de travailler dans un endroit pareil je pense.

Après avoir traversé tout le casino, dans lequel on commence quand même à se repérer, on regagne nos chambres respectives pour une bonne nuit de sommeil bien méritée, car mine de rien cela fait presque 24h qu’on est éveillés ! C’était une toute bonne soirée en tout cas !

> Itinéraire & infos générales
> Jour 1 - Départ + San Francisco
> Jour 2 - San Francisco
> Jour 3 - San Francisco
> Jour 4 - Yosemite National Park
> Jour 5 - Yosemite National Park
> Jour 6 - Bodie + Mono Lake + Death Valley
> Jour 7 - Death Valley + Las Vegas
> Jour 8 - Las Vegas
> Jour 9 - Valley of Fire
> Jour 10 - Zion National Park
> Jour 11 - Bryce Canyon
> Jour 12 - Antelope Canyon + Horseshoe Bend + Monument Valley
> Jour 13 - Monument Valley + Grand Canyon
> Jour 14 - Route 66
> Jour 15 - Universal Studios Hollywood
> Jour 16 - Los Angeles
> Trip report avec photos "people"