ROAD TRIP USA - JOUR 5
YOSEMITE NATIONAL PARK

18/05/2015

> Itinéraire & infos générales
> Jour 1 - Départ + San Francisco
> Jour 2 - San Francisco
> Jour 3 - San Francisco
> Jour 4 - Yosemite National Park
> Jour 5 - Yosemite National Park
> Jour 6 - Bodie + Mono Lake + Death Valley
> Jour 7 - Death Valley + Las Vegas
> Jour 8 - Las Vegas
> Jour 9 - Valley of Fire
> Jour 10 - Zion National Park
> Jour 11 - Bryce Canyon
> Jour 12 - Antelope Canyon + Horseshoe Bend + Monument Valley
> Jour 13 - Monument Valley + Grand Canyon
> Jour 14 - Route 66
> Jour 15 - Universal Studios Hollywood
> Jour 16 - Los Angeles
> Trip report avec photos "people"

Bon, je préviens tout de suite, il n’y a pas beaucoup de photos de cette journée, mais beaucoup à lire par contre !

Après une bonne nuit de sommeil suite à notre randonnée de la veille, on est étonnamment assez en forme ! Je m’attendais à ce qu’on ait mal aux jambes, vu qu’on n’a quand même pas l’habitude de faire des marches comme ça surtout avec beaucoup de dénivelé, mais bizarrement il n’en est rien ! La séance piscine de la veille a peut-être fait son petit effet ! On prend notre petit déjeuner dans la chambre avec ce qu’on avait acheté la veille, puis on boucle les bagages pour de nouvelles aventures ! Programme du jour : aller voir des séquoias géants à Mariposa Grove, puis rejoindre June Lake, près de Mono Lake, de l’autre côté de la Sierra Nevada, en passant par la fameuse Tioga Road, à 3000m d’altitude...

C’était le gros point d’interrogation dans notre planning : allait-elle être ouverte ou pas ? En général elle ouvre vers mai ou juin, en fonction de la quantité de neige. Vu que celle-ci avait été historiquement basse, la route avait finalement été ouverte le 4 mai... avant d’être re-fermée puis rouverte à 2 reprises durant les 2 semaines précédant notre départ, de quoi bien jouer avec nos nerfs ! Cela dit en revenant du parc la veille, on avait vu qu’elle était toujours bien ouverte, aucun souci à priori donc !

On arrive à la réception de l’hôtel pour y faire le check-out. Par acquis de conscience je demande à l’employé si la route est toujours bien ouverte, et là il me répond "no, it’s closed today" !!! Gros coup de massue évidemment !! Et il ne peut bien sûr pas nous dire si elle ouvrira plus tard dans la journée ou pas. Pas d’autre choix que de passer au plan B donc : on annule la visite de Mariposa Grove et ses séquoias géants, et on traversera la Sierra Nevada plus au nord, via la première des 3 routes parallèles à la Tioga Road qui sera ouverte. Ca va nous faire un gros détour de 200km dans le meilleur des cas (et ce ne sont que des petites routes), on risque de passer une bonne partie de la journée en voiture, mais on n’a pas le choix. On avait prévu ce scénario dans notre planning, mais au vu des conditions durant les jours précédents, on se disait que ce serait vraiment pas de bol si on devait le mettre à exécution. Ben voilà c’est arrivé. Notre slogan "timing parfait" en prend un coup... du moins temporairement...

Avant d’entamer cette longue route, il faut d’abord aller faire notre premier plein d’essence, à la station se trouvant juste avant l’entrée du parc. J’avais lu que les cartes de crédit européennes avaient tendance à ne pas fonctionner dans les automates, et qu’il fallait souvent d’abord aller à la caisse et dire combien on voulait avant de pouvoir se servir. Ce sera effectivement souvent le cas durant le reste du séjour, ce qui n’est pas très pratique car c’est pas du tout évident d’estimer combien on veut pré-payer sachant qu’on ne connait pas bien la voiture, que les prix sont en gallons et pas en litres, et que l’essence est beaucoup moins chère que chez nous ! Cependant on a eu de la chance pour cette première fois, car c’était une des rares stations ou notre carte de crédit était acceptée directement à la pompe. Je déverrouille ce que je pense être l’ouverture du réservoir, on suit les instructions sur la pompe (c’est un peu différent de chez nous), on fait notre plein, tout va bien !

On reprend la route vers l’entrée du parc toute proche (on doit de toutes façons passer par là), mais voilà que je constate qu’un des témoins lumineux se met à clignoter en rouge, ce qui n’est à priori pas bon signe... On est pourtant certains d’avoir mis le bon fuel, donc c’est sans doute autre chose. L’entrée du parc étant vraiment tout près, on se dit qu’on s’arrêtera là pour regarder. Mais voilà qu’on commence à sentir une odeur de brûlé !! Je ne veux pas prendre de risque, je m’arrête donc en plein milieu de la route ! Evidemment comme c’est une route de montagne, une petite file de voiture commence à se former derrière nous, de quoi nous mettre bien la pression ! Un chauffeur de poids lourd qui était juste derrière nous nous conseille d’avancer très lentement vers le parking situé à l’entrée du parc, qui était juste 500m plus loin.

On arrive à l’entrée du parc, la ranger nous demande si c’est nous qui bloquions la route, on lui explique la situation, et elle nous indique le parking, après avoir tout de même contrôlé la validité de notre pass, et demandé si on voulait une carte du parc ! Euh ben non, dans l’immédiat on veut juste réparer notre voiture, nous !

On se gare et on inspecte un peu la voiture, mais bon on n’y connaît rien de toutes façons ! Et en plus on ne trouve pas le mode d’emploi (on le découvrira plus tard, il était à l’arrière en fait). Je retourne vers les rangers, qui me prêtent leur téléphone pour appeler l’assistance (car évidemment avec mon gsm c’est impossible car il n’y a pas de réseau). Un moment un peu stressant, car outre le fait que je ne comprenais pas toujours les questions du premier coup, j’entendais assez mal étant donné que j’étais à l’extérieur avec toutes les voitures qui passaient juste à côté. Je resterai une bonne demi-heure au téléphone, et au bout du compte, après qu’un des rangers ait expliqué à la femme où on se situait exactement, elle me dit de patienter, une voiture de remplacement arrivera dans 2h. On attend donc sur le parking, où il n’y a absolument rien à faire ni à voir !

Le temps passe mais rien ne se passe ! Après environ 2h30, un ranger vient me prévenir qu’apparemment, le numéro de l’assistance que j’avais appelé venait d’essayer de rappeler sur leur téléphone. Sauf qu’il s’agissait visiblement d’un rappel automatique… qui était tombé sur le répondeur automatique des rangers ! Le ranger me demande alors "tiens mais au fait, c’est quoi votre problème ? ", je lui explique, et il vient jeter un coup d’œil à la voiture.

Et là... la honte !! Il appuie sur une petite pédale près de la portière, nous demande de voir si le problème est toujours présent, et comme par miracle, tout a l’air parfaitement en ordre maintenant ! C’était la pédale sur laquelle j’avais légèrement appuyé à la pompe à essence, pensant que c’était pour ouvrir la trappe du réservoir. Et du fait que Cédric l’avait effectivement ouverte juste quand j’avais appuyé dessus, je pensais que c’était vraiment ça. Ben non, c’est en fait une pédale qui fait office de "frein à main", mais qui est donc plutôt un "frein à pied" ici... hum...

Et là évidemment, on a l’air vraiment cons ! Le ranger a été super sympa et a dit qu’on avait eu la bonne réaction en s’arrêtant et en appelant l’assistance, mais il a quand même dû se dire intérieurement "encore des crétins de touristes ! ". Selon lui, aucun problème pour reprendre la route. Je rappelle donc l’assistance, en me disant que je vais passer pour un con une 2° fois, mais heureusement, je tombe sur un répondeur automatique, qui me dit que le système a détecté qu’on avait déjà appelé avec le même numéro, et là il me propose directement 3 choix, du genre "Pour confirmer le dépannage tapez 1, pour annuler le dépannage tapez 2, sinon tapez 3". J’ai donc annulé. On en a déduit que ça doit probablement arriver souvent que les gens appellent pour des problèmes qui n’en sont pas, et c’est probablement pour ça qu’ils avaient essayé de rappeler eux-mêmes après 2h30, pour voir si on avait toujours besoin d’assistance. Enfin ce ne sont que des hypothèses, mais c’est très plausible. En tout cas on n’a eu aucune suite ni aucun commentaire lorsqu’on a remis la voiture en fin de séjour.

Bref, dans le genre "boulets", on a fait très fort ! On s’était dit que ce qui s’était passé au Yosemite resterait au Yosemite, mais on a finalement lâché le morceau ! S’il y avait bien un truc que je redoutais durant le séjour, c’était bien d’avoir un problème avec la voiture, ben voilà c’est arrivé ! Enfin ce sera le seul souci sur tout le voyage, et heureusement que ce n’était pas en plein désert ! Et puis voyons le bon côté des choses : ça fait des souvenirs !

Bon, avec tout ça, on a perdu presque 3h sur notre planning, ce qui ne nous arrange pas étant donné qu’on avait beaucoup de route à faire vu le gros détour obligatoire. Mais au final, c’était un mal pour un bien, car entre-temps, la Tioga Road a ré-ouvert ! Et dire que si on n’avait pas eu ce petit problème, on serait entrain de perdre du temps à rouler pour faire un détour de 200km ! On pourrait presque croire qu’on l’a fait exprès ! Bref, on peut donc finalement ressortir notre expression "timing pafait" !

On reprend donc la route, et on bifurque vers la Tioga Road un peu avant de rentrer au cœur de la Yosemite Valley. Après seulement quelques kilomètres, on est obligés de s’arrêter de nouveau… non plus à cause d’un souci avec la voiture, mais simplement à cause de travaux sur la route ! Un peu plus loin, on arrive à Tuolumne Grove, qui est une alternative à Mariposa Grove pour voir des séquoias géants, même s’il y en a beaucoup moins. Sans trop réfléchir, je me précipite vers le parking ! On avait prévu de voir des séquoias, on verra des séquoias !!

Il y a 7-8 séquoias géants en tout, et il faut descendre 1 mile dans les bois avant de les trouver. Le chemin est une petite route asphaltée, sans aucune difficulté particulière. Tout comme la veille, les arbres sont en général très hauts. Et presque tous sont noircis à leur base, probablement à cause de débuts d’incendies de forêts. Sur le chemin, on rencontrera encore un petit groupe de chevreuils (ou quelque chose dans le style), un peu plus craintifs que ceux qu’on avait vu la veille au Yosemite Village. Aucun ours à signaler par contre, heureusement !

Après une vingtaine de minutes de marche, voilà les 2 premiers séquoias géants ! Ultra grand angle obligatoire pour les shooter en intégralité ! Les autres arbres autour qui avaient déjà l’air imposants, paraissent beaucoup plus frêles à côté ! Ce n’est pas tellement la différence de hauteur qui impressionne, mais plus le côté très massif du tronc. Il faut vraiment les voir en vrai pour se rendre compte de l’énormité de la chose ! Et encore, ceux-ci ne sont pas les plus grands !

Un peu plus loin, on peut voir le vestige d'un séquoia mort, dans lequel a été creusé un tunnel, dans lequel il y aurait sans doute moyen de passer avec une petite voiture ! Outre le tunnel, la forme de ce qui reste de l'arbre est assez insolite, et me faisait penser à la tour du Mordor dans le Seigneur des Anneaux, il ne manquait que l'oeil de Soron au milieu !

Etant donné qu'on était assez pressés par le temps, on n'a pas fait la boucle complète (qui est assez courte de toutes façons). Le but était de voir au moins un séquoia géant, voilà qui est fait ! On remonte donc vers le parking, mais le chemin est bien plus éprouvant au retour qu'à l'aller étant donné que ça grimpe pas mal (je pense avoir lu qu'il y a tout de même environ 100m de dénivelé). Il nous aura fallu une grosse heure pour faire l'aller-retour, mais pour bien faire il en aurait fallu 2, histoire de pouvoir faire tout le tour sans trop se presser.

On entame enfin véritablement l’ascension de la Tioga Road. La route est encore à circulation alternée sur plusieurs kilomètres, à cause de travaux. Des ouvriers règlent la circulation, et on a eu la chance d’être la dernière voiture à pouvoir passer, sans quoi on aurait perdu de nombreuses minutes à attendre que les voitures passent dans le sens opposé.

Plus on monte, plus la météo devient maussade, la pluie se transforme en neige fondante, et le brouillard devient assez épais. Une grande partie de la route traverse la forêt, et il n’y a rien de spécial à voir. Ce n’est que lorsqu’on arrive tout au-dessus que le paysage devient plus insolite, avec beaucoup de gros massifs rocheux assez lisses, mais aussi des grandes prairies toutes plates, ce qui est plutôt étonnant à cette altitude. Les "Tuolumne Meadows" comme on les appelle, ont l’air vraiment sympas, du moins le peu qu’on en a vu car le brouillard était vraiment dense. Très dommage car j’ai l’impression qu’avec du beau temps, le paysage doit être vraiment grandiose. J’ai aussi été étonné par l’abondance de végétation à cette altitude. Dans les Alpes, au-delà de 2000m, c’est déjà assez rare de trouver ne serait-ce qu’un sapin, alors qu’ici on est bien plus haut, et il y en a partout !

On atteint enfin le col, à un peu plus de 3000m d’altitude, et on sort assez subitement des nuages. Il y a un encore un peu de neige sur les bords de la route et aux alentours, mais dans des quantités très limitées, et ça se voit clairement que ce n’est pas de la neige fraîche. Je ne comprends vraiment pas pourquoi la route était fermée au matin. J’ai l’impression que c’est plus par prévention qu’autre chose.

Une fois passés le col, on commence à re-descendre de l’autre côté de la Sierra Nevada. Au loin on peut déjà apercevoir le Mono Lake, avec une grande trouée de ciel bleu au-dessus ! Le paysage change assez brusquement également. Autant avant le col, il y avait encore pas mal de verdure tout autour, autant ici, c’est beaucoup plus rocailleux.

La descente vers Lee Vining est relativement courte (quelques kilomètres seulement), et on ne redescend que de 1000m (à peu près deux fois moins que la montée). La route est très bien entretenue, peu sinueuse, et on n’a pas l’impression qu’elle descend très fort, mais c’est assez trompeur. Je suis obligé de freiner très régulièrement, sans quoi on prend très rapidement de la vitesse.

On avait réservé un appartement à June Lake, quelques kilomètres plus loin que le Mono Lake. C’est un petit village avec un lac, entouré par les montagnes, ça avait l’air très joli sur les photos, beaucoup plus sympa que Lee Vining. Il fallait récupérer les clefs à l’agence pour 17h, raison pour laquelle on ne devait pas traîner ! On arrive dans le village avec à peine quelques minutes de retard.

Je me félicite encore une fois d’avoir extrêmement bien préparé le voyage, jusqu’à me balader dans les rues avec Google Street View pour repérer où était l’agence ! Je savais très exactement où elle était, et heureusement ! Car en arrivant devant celle-ci, j’aperçois la responsable entrain de fermer la porte à clef ! Je me gare en catastrophe sur le trottoir et je cours vers elle avant qu’elle ne parte ! La fille très sympa rouvrira son bureau 2 minutes pour nous donner les clefs. A 30 secondes près, c’était cuit ! Et je ne sais pas trop ce qui se serait passé si on était arrivés plus tard, car à l’extérieur de l’agence, il y avait bien des instructions pour récupérer les clefs en cas d’arrivée tardive, mais cela ne concernait visiblement qu’un autre groupe de personnes. Bref, pour la deuxième fois de la journée : "timing parfait" !

Nous voilà donc dans l’appartement, située au sein d’un ensemble de plusieurs grosses maisons en bordure du lac. C’était sans aucun doute le meilleur appartement/hôtel de tout le voyage ! On avait un grand salon, une cuisine super équipée, 2 salles de bains, lave-linge/sèche-linge (avec encore des vêtements dedans d’ailleurs !), et plusieurs chambres, avec suffisamment de lits pour loger au moins 10 personnes ! Et tout ça pour 264$ tout compris. Vu le cadre, la superficie et la qualité de l’endroit, c’était un rapport qualité-prix imbattable ! A mon avis c’est sûrement beauuuucoup plus cher en pleine saison !

On va faire quelques courses pour le soir et le lendemain matin dans le seul magasin du coin, où on y découvre quelques bières locales, dont une fabriquée dans une petite brasserie juste derrière. Ils ont pas mal de petites bières spéciales un peu partout en fait, pas mauvaises du tout d’ailleurs, mais souvent assez lourdes quand même. Il y en a une qui avait un arrière-goût de guimauve (ça tombe bien j’adore les guimauves !). Et au rayon chips, on est tombé sur des Cheetos, une marque bien connue chez nous, sauf que ceux-ci étaient taggés "Flamin’ Hot Lemon" et étaient tout rouges ! Il fallait qu’on essaye évidemment ! Bon, c’était pas spécialement mauvais en soi, on sentait bien un petit arrière-goût de lemon, mais ça arrachait bien, on ne terminera pas le paquet d’ailleurs !

On passera la soirée tranquillement dans notre appart en se faisant un apéro puis souper (avec un très bon risotto concocté par Cédric !). Après quoi on est vite tombés comme des masses dans les fauteuils, bien qu’on n’avait pas fait grand-chose de la journée. C’est comme au ski, ça doit être le grand air et l’altitude !

> Itinéraire & infos générales
> Jour 1 - Départ + San Francisco
> Jour 2 - San Francisco
> Jour 3 - San Francisco
> Jour 4 - Yosemite National Park
> Jour 5 - Yosemite National Park
> Jour 6 - Bodie + Mono Lake + Death Valley
> Jour 7 - Death Valley + Las Vegas
> Jour 8 - Las Vegas
> Jour 9 - Valley of Fire
> Jour 10 - Zion National Park
> Jour 11 - Bryce Canyon
> Jour 12 - Antelope Canyon + Horseshoe Bend + Monument Valley
> Jour 13 - Monument Valley + Grand Canyon
> Jour 14 - Route 66
> Jour 15 - Universal Studios Hollywood
> Jour 16 - Los Angeles
> Trip report avec photos "people"