ROAD TRIP USA - JOUR 1
DEPART + SAN FRANCISCO

14/05/2015

> Itinéraire & infos générales
> Jour 1 - Départ + San Francisco
> Jour 2 - San Francisco
> Jour 3 - San Francisco
> Jour 4 - Yosemite National Park
> Jour 5 - Yosemite National Park
> Jour 6 - Bodie + Mono Lake + Death Valley
> Jour 7 - Death Valley + Las Vegas
> Jour 8 - Las Vegas
> Jour 9 - Valley of Fire
> Jour 10 - Zion National Park
> Jour 11 - Bryce Canyon
> Jour 12 - Antelope Canyon + Horseshoe Bend + Monument Valley
> Jour 13 - Monument Valley + Grand Canyon
> Jour 14 - Route 66
> Jour 15 - Universal Studios Hollywood
> Jour 16 - Los Angeles
> Trip report avec photos people

14 mai 2015, après des mois d’attente, ça y est, le grand jour est enfin arrivé ! Julien, Cédric, Lucie et Anne-so me rejoignent à l’aéroport de Bruxelles de bon matin. "I’m so excited", comme le diraient les Pointed Sisters ! On s’empresse de faire le check-in des bagages histoire d’en être débarrassés, et c’est là qu’on aura droit à la première "phrase culte" du séjour, alors que l’employée était agacée du fait que Julien ne mettait pas sa valise dans le bon sens sur le tapis. "Bon, je vais le faire moi-même, c’est pas possible hein !", le tout avec un accent flamand. C’est con, mais ça nous aura bien fait rire, et c’est le genre de phrase à la con qui va rester dans nos mémoires !

On se dirige à l’autre bout du terminal, et on entame péniblement les 2h d’attente avant le premier vol qui doit nous emmener vers Londres. 9h45, on y est, premier décollage ! Lucie s’était faite une orgie de sédatifs (maximum 6 par jour selon la notice !) pour tenter de faire passer son stress, mais finalement aucun sac à vomi n’a été souillé durant le voyage ! (bien qu'il a failli à un moment !)

Environ 1h plus tard, nous voilà à Londres où on doit prendre notre correspondance vers San Francisco. Les bagages en soute sont transférés automatiquement sans devoir refaire de check-in, par contre, on est obligés de repasser par tous les contrôles de sécurité. On n’avait pas beaucoup de temps entre les deux vols, on a juste eu le temps de passer les contrôles et de prendre le métro. Et heureusement qu’on restait dans le même terminal ! On est finalement arrivés à la porte alors que l’embarquement avait déjà commencé depuis plusieurs minutes. Et là au moment de passer au dernier contrôle du billet, voilà qu’un type de la sécurité me tombe dessus, me demande si je parle anglais, et me demande de le suivre pour un "random check". En gros, ils prennent quelques passagers au hasard, et passent tout au crible fin : poches, chaussures, et analyse complète du bagage cabine. Heureusement que je n’avais pas grand-chose dedans, parce qu’ils regardent vraiment tout dans les moindres détails, ça va jusqu’à devoir ouvrir le mini-dictionnaire français-anglais que j’avais pris, pour voir s’il n’y avait rien de caché à l’intérieur ! Pas de fouille au corps je vous rassure !

Je rejoins finalement les autres dans l’avion 5 minutes plus tard, et c’est parti pour une bonne dizaine d’heures de vol. C’est long, mais il y a les repas et les films pour faire passer le temps, j’aurai le temps de regarder 3 films. L’atterrissage est une vraie délivrance ! Il reste à passer la douane et à nous l’aventure ! Lucie se remet à stresser, de peur de ne rien comprendre aux questions des douaniers, ou de lâcher par inadvertance le mot "terrorisme" tellement on s’était dit (pour rire) que c’était LE mot à ne pas prononcer ! Au final, pas de souci, puisqu’on pouvait passer à 2 à la fois. On a quand même dû faire la file pendant environ 1h, je ne pensais pas que ça allait prendre autant de temps. Le douanier était plutôt sympa, quelques questions assez basiques, rien de bien compliqué ! Bref, cette fois ça y est, on y est !

On se dirige vers la sortie à la recherche d’un taxi pour rejoindre le centre-ville. J’avais vu avant de partir qu’il y avait des navettes, qui coûtaient environ 80$, ce qui me semblait un peu cher. Les taxis étaient à priori moins cher, mais je ne savais pas s’il était possible d’en trouver des suffisamment grands pour pouvoir nous prendre tous les 5 avec nos bagages. Au final c’était donc possible mais on a quand même dû attendre environ une demi-heure avant qu’il y en ait un qui arrive. Entre-temps, on a un moment hésité à prendre le BART (le métro local), voire 2 taxis plus petits, mais cette dernière option nous aurait coûté bien plus cher.

Le trajet jusque Union Square a été relativement vite, environ 1/2h, je pensais que ça aurait été plus long que ça. La banlieue de San Francisco est par endroits assez étrange d'un point de vue architectural (entendez par là : très différente de ce qu'on voit chez nous), notamment certains quartiers sur des petites collines, avec pleins de petites maisons colorées aux toits plats, et des horribles lignes électriques qui dominent un peu partout. Tout a l’air assez condensé, ce qui me faisait un peu penser à un bidonville, même si ce n'est probablement pas du tout le cas (les maisons n'ont pas l'air d'être des taudis !). A l’approche du centre-ville, le "skyline" du quartier financier est assez impressionnant, je ne pensais pas qu’il y avait autant de buildings à San Francisco.

Le taxi nous dépose devant notre hôtel, juste à côté de Union Square. Pas de souci pour calculer notre premier pourboire, étant donné que le chauffeur l’a ajouté automatiquement à notre arrivée (et ça correspondait bien au 15% que j’avais calculé mentalement un peu avant d’arriver). 55$ en tout, ce qui est très bon marché comparé à chez nous, compte tenu de la distance. C’était sans doute la meilleure option. Prendre le métro nous aurait fait gagné seulement quelques dollars, mais on aurait dû faire les 500 derniers mètres à pieds avec les bagages, et même si ceux-ci ont des roulettes, après 10h de vol, je pense que ça aurait été assez contraignant, d’autant plus que la route entre la station de métro et l’hôtel était un peu en pente (négligeable par rapport à beaucoup d’autres rues de San Francisco, mais quand même un peu !).

On avait loué deux chambres à l’hôtel Union Square Plaza. Il n’était pas spécialement bien coté sur Booking, avec plusieurs commentaires assez négatifs, mais il avait l’avantage d’être très bien situé (en plein centre, avec de nombreuses lignes de bus et de trams à proximité), et il n’était pas trop cher (enfin si, on ne peut pas dire que c'était bon marché, mais par rapport aux autres hôtels encore libres qu’on avait trouvé en faisant la réservation, c’était un des moins chers). L’hôtel n’est effectivement pas tout jeune, il y a bien une petite odeur de renfermé comme j’avais pu le lire dans certains commentaires sur Booking, mais rien de bien dramatique. Perso ce genre de truc je m’en fous un peu, du moment que c’est propre (et globalement ça l’était, à part les fenêtres). Le gars à l’accueil était assez "neutre", rien de vraiment négatif à souligner à ce niveau-là, contrairement à plusieurs commentaires signalant un "accueil déplorable" (j’ai souvent l’impression que beaucoup de touristes doivent faire un scandale pour tout et n’importe quoi...). Au final, le seul gros point négatif de l’hôtel, c’est le bruit. Notre chambre était au 3° étage et donnait sur la rue, et avec le simple vitrage, on entend vraiment tout. Apparemment dans l’autre chambre, située à l’arrière et au 8° étage, il n’y avait pas ce problème.

Après avoir pris nos quartiers durant quelques minutes, on active le mode "touriste" et on se met en route à la découverte de la ville. On passe par Union Square, une place assez renommée du centre-ville, qui n’a rien d’exceptionnel en soi si ce n’est qu’elle se trouve en bordure du downtown et de ses hauts gratte-ciels, ainsi qu’à proximité immédiate des arrêts des célèbres cable-cars.

On se dirige vers la Chinatown Gate, qui était plus près que ce que je pensais. Juste avant de rentrer dans le quartier chinois, on s’arrête au "Café de la Presse", histoire de prendre une bière bien méritée, après ce long voyage ! Bon alors on n’a pas été dans ce café parce qu’il avait un nom francophone, mais simplement parce que c’est le premier qu’on a croisé sur le chemin ! Par contre, au vu du prix de la bière, (environ 7$ si je me souviens bien), on se dit qu’on risque de se ruiner si c’est comme ça partout jusqu’à la fin du voyage ! Au final, il s’avérera donc que, oui, la bière est en général assez chère partout, très rarement (voire jamais) en-dessous de 5-6$ (sans compter les pourboires...). En contrepartie, ce sont toujours des grands verres de 40cl, ça compense un peu.

Vu le prix, on ne commande pas de 2° tournée, et on se dirige vers Chinatown. Une fois passés la fameuse Chinatown Gate, on se trouve dans une rue où s’alignent des dizaines de magasins de bibelots très kitschs, de matos électronique, de t-shirts, gadgets et autres souvenirs pour touristes. Il y a bien des petits lampions au-dessus de la rue, des pagodes, des enseignes en chinois, mais au final, je pensais qu’au niveau visuel, ce serait encore plus cliché. Et puis en fait ce n’est pas très long. Il n’y a qu’une rue principale d’environ 800m, et quelques débuts de rues perpendiculaires, où on a vraiment l’impression d’être dans Chinatown, mais guère plus. D’un côté, les rues descendent vers le Downtown et tous ses gratte-ciel, donnant une perspective assez impressionnante.

On se met en quête d’un endroit pour manger, mais on tombe d’abord sur une sorte de "pub" chinois qui faisait Happy Hour avec des bières à seulement 3-4$ (ce seront les moins chères du voyage !). Quasi personne à l’intérieur, pourtant on découvrira à notre retour que c’est apparemment un endroit assez populaire. On s’installe au bar, et on se fait alpaguer par un coréen qui est devenu tout fou quand on lui a dit qu’on venait de Belgique ! Il avait l’air de bien connaître nos bières, de même que la serveuse du bar, qui a commencé à nous énumérer pleins de bières belges ! C’est clairement QFD, notre réputation n’est plus à faire dans ce domaine ! Un moment bien sympa en tout cas, on a repris une deuxième tournée cette fois, avant de dire stop car on commençait vraiment à avoir faim. C’est quelque chose qu’on apprendra au fil du voyage, mais les serveurs sont toujours au taquet pour nous demander si on veut re-commander quelque chose, dès qu’ils voient qu’un verre est vide. C’est un peu perturbant au début, ça peut avoir l’air d’une démarche commerciale un peu agressive, mais je pense que c’est juste dans les moeurs là-bas, et il ne faut pas hésiter à dire non.

Moi qui pensait que notre premier repas serait un bon gros burger américain, c’est raté ! On se dirige vers un resto quelques dizaines de mètres plus loin, chinois évidemment ! La carte est assez fournie et il nous faudra un peu de temps pour choisir. On a pris un assortiment de dim-sum en entrée, que j’ai trouvés bien meilleurs que tous ceux qui j’ai déjà pu goûter dans des restos asiatiques chez nous, ils avaient un aspect beaucoup plus artisanal (c’est peut-être pas du tout le cas, mais c’était mon ressenti !). On a tous pris des plats différents ensuite, avec un rapport qualité/quantité/prix très honnête (23$ par personne, bières comprises !). Certains ont eu un peu de mal à achever car leur plat était vraiment super épicé !

Entre-temps on a aussi découvert les premières toilettes américaines, avec un gros jour d’1cm des 2 côtés de la porte, et 30cm en-dessous. En gros si des gens veulent jouer les pervers, on peut voir très facilement ce qui se passe à l’intérieur. Ca nous a fort étonné, on pensait que ce serait un cas isolé dans ce seul resto, mais au fil du voyage, il s’avérera que c’est comme ça dans beaucoup d’endroits, que ce soit dans les restos, snacks, stations-services, visitor centers, et même dans les casinos de Las Vegas. En gros si vous aimez bien avoir votre petite intimité et que vous n’aimez pas que les gens puissent entendre tout ce qu’il se passe pendant que vous êtes à l’oeuvre, c’est pas le bon pays ! Un peu perturbant au début, mais on s’y fait (on n'a pas trop le choix en même temps !).

On rentre vers l’hôtel vers 21h, la fatigue commence à se faire sentir. On repasse par Union Square, dont j’avais lu qu’elle fourmillait de SDF parfois agressifs, surtout la nuit. Alors oui il y en a c’est sûr, mais franchement je m’attendais à bien pire, ou alors c’est qu’il n’était pas encore assez tard. En tout cas on n’a rien vu qui nous ait spécialement choqué plus que chez nous.

De retour dans notre chambre, c’est là qu’on se rendra compte du gros point noir de l’hôtel dont je parlais : la mauvaise insonorisation due au simple vitrage. On entend absolument tout ce qui se passe dans la rue : voitures, joueurs de percus, des gens qui crient, et le pire : les sirènes des véhicules d’urgence. Bon, ça ne m’a pas empêché de dormir pour autant vu que j’étais crevé, mais ça peut clairement pourrir la nuit si on a le sommeil léger. Et j’ai même dormi profondément en faisant un rêve assez bizarre : en gros je rêvais que je rêvais que j’étais dans l’hôtel (celui où on était donc) et que je n’arrivais plus à faire la différence entre le rêve et la réalité (un vrai scénario à la Inception !).

> Itinéraire & infos générales
> Jour 1 - Départ + San Francisco
> Jour 2 - San Francisco
> Jour 3 - San Francisco
> Jour 4 - Yosemite National Park
> Jour 5 - Yosemite National Park
> Jour 6 - Bodie + Mono Lake + Death Valley
> Jour 7 - Death Valley + Las Vegas
> Jour 8 - Las Vegas
> Jour 9 - Valley of Fire
> Jour 10 - Zion National Park
> Jour 11 - Bryce Canyon
> Jour 12 - Antelope Canyon + Horseshoe Bend + Monument Valley
> Jour 13 - Monument Valley + Grand Canyon
> Jour 14 - Route 66
> Jour 15 - Universal Studios Hollywood
> Jour 16 - Los Angeles
> Trip report avec photos people