VOYAGE ORLANDO - EPCOT

02 et 03-10-2004

> Introduction
> Islands of Adventure
> Universal Studios Florida
> Disney MGM Studios
> Blizzard Beach
> EPCOT
> Typhoon Lagoon
> SeaWorld Orlando
> Magic Kingdom
> Busch Gardens Tampa (+ Old Town)
> Animal Kingdom
> Feu d'artifice MNSSHP
> Wet'n Wild
> Downtown Disney
> Magic Kingdom + épilogue

Après quelques plaisirs aquatiques à Blizzard Beach au matin, le reste de la journée sera consacré à EPCOT, un parc assez atypique. Le nom provient de l'acronyme "Experimental Project Community Of Tomorrow". A la base, c'était un projet d'une véritable ville du futur utopique imaginée par Walt Disney dans les années 60. Le projet a beaucoup évolué au fil des années après sa mort pour finalement devenir un parc à thème, inspiré des expositions universelles. Le parc est très vaste, et divisé en 2 parties : le "Future World", comprenant plusieurs pavillons futuristes (du moins avec une vision du futur datant de la fin des années 70 pour plusieurs d'entre eux), et le "World Showcase", un ensemble de pavillons représentant chacun un pays, réunis autour d'un grand lac.

Il est environ 15h lorsque j'arrive devant l'entrée du parc, symbolisé par une énorme boule de 55m de haut, abritant l'attraction "Spaceship Earth", par laquelle je commence ma visite du parc. Aucune attente, j'accède donc directement au quai, et j'embarque dans une sorte de long train continu qui avance lentement. L'attraction est un darkride sur le thème des communications à travers le temps, depuis la préhistoire jusqu'à nos jours. Le layout du circuit est assez bizarre : on monte dans la boule suivant un parcours assez irrégulier. Les décors des différentes époques sont assez bien faits, de même que les animatronics. Une fois tout en haut, on a une vue sur toute la structure intérieure de la boule, où sont projetées des milliers d'étoiles, comme dans un grand planétarium. En effectue ensuite la descente, les wagons positionnés en marche arrière, car c'est assez raide. Au total, ça dure une quinzaine de minutes, j'ai été très surpris positivement par cette attraction, je m'attendais à ce que ça ait peut-être un peu mal vieilli, mais pas du tout.

Derrière la boule, la "Showcase Plaza" joue le rôle de hub central de la partie "Future World", avec des chemins menant aux différents pavillons. De part et d'autres de cette esplanade, outre divers snacks et boutiques, on trouve aussi "Innoventions", une sorte d'exposition scientifico-ludique interactive sur les progrès technologiques. Il y a des trucs qui ont l'air sympas mais ça ne me semble pas prioritaire, je repasserai plus tard si j'ai le temps.

A noter que lorsqu'on se rend au parc via le monorail, celui-ci rentre dans le parc et effectue une grande boucle tout autour de la Showcase Plaza, avant de ressortir pour déposer les visiteurs à l'entrée. L'ayant fait vers la fin du séjour en début de soirée lorsque les pavillons commencent à s'illuminer, ça offre quelques vues assez sympas un peu en hauteur.

Je me dirige vers "Test Track", dont le bâtiment est assez imposant. Le panneau à l'entrée indique 35 minutes de file, et 25 dans la file single rider qui du coup, perd complètement de son intérêt. Je repasserai donc plus tard.

En attendant, je me rabats sur l'attraction la plus récente du parc : "Mission: Space", un simulateur de voyage dans l'espace, mais qui n'a rien à voir avec un simulateur classique où les mouvements de la navette sont synchros avec l'image. De l'extérieur, le bâtiment ne paraît pas excessivement grand, et l'entrée possède une architecture plutôt sobre et élégante. Bizarrement ici, il n'y a que 5 minutes de file.

Le préshow est présenté par Gary Sinise, l'acteur du film "Mission To Mars". Il nous explique entre autres qu'on va suivre un des entraînements que doivent suivre les astronautes. Tout ça est présenté sur un ton très sérieux, on se croirait presque à un vrai stage à la NASA ! Les gens sont répartis par groupes de 4 : un navigateur, un pilote, un commandant, et un ingénieur. On nous explique le rôle que chacun devra accomplir à un moment donné pendant la mission. En gros : appuyer sur un bouton quand on nous le dira. On reçoit aussi les consignes de sécurité : toujours regarder en face de soi, ne pas tourner la tête ou les yeux, ni les fermer. Pour une fois, ça a l'air vraiment pertinent, beaucoup plus que les traditionnels "restez assis".

La porte s'ouvre et on se dirige vers notre cabine, accrochée comme toutes les autres à une grosse centrifugeuse. A l'intérieur, chacun a un écran devant soi, avec une vue comme si on était tout devant dans la pointe de la navette. On voit (et on sent) celle-ci se dresser verticalement le long de la tour de lancement, puis c'est le décollage. On est de plus en plus plaqué sur son siège, c'est vraiment très impressionnant. La navette effectue un petit tour dans l'espace, passe à proximité de la lune, puis se fraie un chemin à travers une pluie de météorites, avant d'arriver sur Mars, où l'on doit encore traverser un canyon puis poser la navette et la stabiliser. Et tout ça en 4 minutes chrono !

A différents moments, chacun doit donc appuyer sur un bouton. Evidemment ça ne sert à rien, l'attraction ne va pas s'arrêter si on n'appuie pas ! Mais pour peu que l'on appuie au bon moment (pour simuler la mise en route des réacteurs par exemple), on ressent vraiment qu'il se passe quelque chose. Bon cela dit, ça fait le même effet même après 4-5 secondes même si on n'appuie pas, j'ai pu m'en rendre compte ultérieurement alors qu'on n'était que 3 personnes dans la cabine.

Au niveau sensations, je n'ai jamais rien vécu de pareil ! J'imagine que la centrifugeuse doit tourner tout de même relativement vite, mais on ne le sent pas du tout, du moins pas directement, et il n'y a aucun à-coup, même au tout début quand elle se met à tourner. A plusieurs moments, on est vraiment plaqué contre son siège, et si on essaye de soulever son bras on a l'impression qu'il pèse des tonnes. Et puis juste pour voir si les consignes de sécurité étaient justifiées, j'ai légèrement tourné la tête pendant un très bref moment... mauvaise idée ! Quand j'ai voulu à nouveau fixer l'écran, j'avais la tête qui tournait, et pas un peu !

Ca n'a l'air de rien raconté comme ça, mais c'est vraiment intense ! D'ailleurs, il y a même des sacs en plastique devant les sièges pour les gens qui ne se sentiraient pas bien (ce qui arrive apparemment assez fréquemment). Je n'en ai pas eu besoin, et j'ai même refait l'attraction une seconde fois tout de suite après vu qu'il n'y avait pas de file. C'est en tout cas une attraction vraiment unique en son genre, bien plus impressionnante et originale qu'un simulateur traditionnel. On a ici affaire à la même technologie que celle utilisée par les agences spatiales, encore que ça doit probablement être bien bridé par rapport aux vrais entraînements des astronautes, mais c'est bien assez intense comme ça !

Je me dirige ensuite vers la seconde partie du parc : le "World Showcase". En arrivant devant ce lac central, je me rends compte que celui-ci est bien plus grand que ce à quoi je m'attendais. Les pavillons de l'autre côté ont vraiment l'air assez éloignés. Je n'ai pas fait le test, mais à vue de nez, je dirais qu'il faut au moins 20 bonnes minutes pour en faire le tour sans s'arrêter. Au centre du lac, les barges contenant les effets pyrotechniques pour le spectacle nocturne sont déjà en place.

En partant dans le sens des aiguilles d'une montre, les différents pavillons rencontrés représentent les pays suivants : Mexique, Norvège, Chine, Allemagne, Italie, USA, Japon, Maroc, France, Angleterre, Canada. En comparaison à la partie "Future World" où il n’y avait pas tellement de monde que ça, ici l'allée qui fait le tour du lac est bondée. C'est peut-être dû au fait qu'on est samedi, mais aussi et surtout parce que c'est le 1° jour du "Food & Wine Festival", un festival qui dure plusieurs semaines, pendant lequel plusieurs pays du monde (en plus de ceux représentés par les pavillons) font découvrir leurs spécialités culinaires. Il y a donc une multitude de petits stands tout autour du lac, qui proposent une ou plusieurs spécialités de leur pays respectif. Ce sont en général des petits amuse-bouche, qui coûtent entre 1 et 3$. Le concept est sympa, mais ça attire pas mal de monde, et ce n'est pas facile de faire des choix, car tout a l'air bon !

Je commence donc mon petit tour des pavillons avec celui du Mexique. L'extérieur représente un gros temple ancien en forme de pyramide. Vu de dehors, ça n'a pas l'air spécialement grand, par contre une fois à l'intérieur, c'est tout l'inverse ! On est plongé dans un décor de petite ville mexicaine pendant la nuit, avec son lot de maisons, échoppes et restaurants, et en arrière-plan un décor de temple au milieu d’une forêt tropicale, avec un volcan en toile de fond. L'ensemble est vraiment superbe.

Le pavillon abrite également l'attraction "El Rio Del Tiempo", un darkride en bateau, dont le parcours commence en passant entre le temple et un restaurant. Le reste se compose en grande partie d'écrans incrustés dans des décors de temps, de rochers, ou de village mexicain, et présentant une sorte de "vitrine" du Mexique. Il y a également une scène avec des animatronics, très fortement inspirée de l'attraction "It's a small world" du Magic Kingdom (la célèbre attraction "des poupées" avec cette musique horripilante qui reste en tête !), avec un côté un peu moins flashy. Le parcours se termine dans une salle avec des décors de buildings, et des faux de feux d’artifice au plafond ! Dans l'ensemble c'est assez court, et on voit que les films projetés ne datent pas d'hier. Et puis le concept même des écrans incrustés dans les décors donne un côté un peu kitsch et vieillot. Ce n'est clairement pas le meilleur darkride qu'on puisse trouver chez Disney, mais tout n'est pas mauvais pour autant.

Le pavillon suivant est celui de la Norvège, thématisé en un petit village scandinave. Il abrite "Maelstrom", un autre darkride en bateau. Pas moins de 15' de file ici, qui contrairement à ce qui se fait chez Disney en général, est très moche, et où il n'y rien à voir, mis à part une grande fresque peinte sur le mur derrière le quai, assez kitsch, qui représente la culture norvégienne. Les bateaux sont sympas par contre, en forme de drakkars. Le parcours nous fait tout d'abord l'histoire et les légendes norvégiennes, au milieu des vikings, des ours polaires, ou encore des marais habités par des trolls et autres créatures étranges. Après un petit passage en marche arrière, l'embarcation se remet en marche avant, dévale une petite chute débouchant dans une grande salle avec un décor de plate-forme pétrolière, avant de rejoindre un petit village norvégien, où se fait le débarquement. En guise de post-show, il y a un film de présentation sur la Norvège, sur lequel j'ai fait l'impasse, ça avait l'air assez ennuyant. Bref, mis à part l'une ou l'autre scène pas trop mal (notamment celles avec les trolls), ce n'est pas le darkride du siècle non plus, en plus d'être très court.

On passe du pavillon norvégien à celui de la Chine, représenté par une grande pagode entourée de petites étendues d’eau avec des nénuphares, ainsi que d'autres décorations et bâtiments à l’architecture typique. Le hasard fait que j'arrive à un moment où une troupe d'acrobates se produit à l'entrée du pavillon (il y a pas mal de petites animations dans le même style un peu partout dans le World Showcase). La pagode centrale abrite un cinéma 360°, "Wonders of China". Le film dure un gros quart d'heure. On y voit entre autres quelques très beaux paysages survolés en hélicoptère, et même si le film n'a vraiment pas l'air tout jeune, certaines scènes sont quand même sympas, le côté immersif du film à 360° faisant qu'on a un peu l'impression de voler.

Je retourne ensuite dans la partie "Future World" pour aller faire "Test Track". Le panneau indique toujours 25 minutes d’attente dans la file single rider, ça ne semble pas avoir diminué depuis mon premier passage, tant pis, je tente quand même le coup. Le thème de l'attraction est pour le moins original, puisqu'il est basé sur les tests subis en usines par les voitures lors de leur développement. Toute la file d’attente se fait donc dans une sorte de grosse usine, avec pleins de petites animations relatives à ces tests. Je n'aurai pas le temps d'en profiter beaucoup, puisqu'au final, la file ne durera que 5'.

La majorité du parcours se fait à l’intérieur du bâtiment. Le premier test consiste à gravir une pente assez raide, ensuite il y a un test de tenue de route sur des routes pavées, avec une distinction entre les "Belgian Blocks" et les "German Blocks" ! Je ne sais pas à quoi correspondent ces termes exactement, tout comme j'ignorais que notre pays était connu pour ça ! Vient ensuite le test de freinage, pendant lequel la voiture accélère sur une distance assez courte puis freine brusquement.

On est ensuite soumis à des températures "extrêmes" : d'abord la chaleur, avec des dizaines de spots rouges autour de nous, assez aveuglants, ensuite le froid, avec des brumisateurs au-dessus de nous. J'ai mis "extrêmes" entre guillemets, car ce n'est évidemment pas si extrême que ça. Pour l'effet de chaleur, c'est tout de même assez réussi, on sent très bien une forte montée de température lorsque l'on passe sous les spots. Par contre pour l'effet de fraîcheur, c'est moins perceptible, on n'a pas vraiment l'impression qu'il fasse très froid, un peu dommage.

On passe ensuite le test de la résistance à la corrosion, où des grands bras articulés nous vaporisent de produit (il s'agit encore d'un effet de brume). Puis on teste la tenue de route sur une route de montagne, avec plusieurs épingles à cheveux et des décors de sapins en 2D autour de nous. Au sommet, le véhicule entre dans un tunnel, où on manque de justesse de faire une collision frontale avec un camion !

Et on arrive à l'incontournable crash-test ! Le véhicule entre dans une salle qui fait de nouveau plus penser à un garage, s'arrête brièvement à environ 15m devant une sorte de grande porte, puis ré-accélère assez brutalement en fonçant droit dessus ! Celle-ci s'ouvre au tout dernier moment en une fraction de seconde, mais pendant 2 secondes on a vraiment l'impression qu'on va s'écraser violemment dessus ! La première fois c’est vraiment surprenant, on se demande s’il n'y a pas un problème technique ! Et c’est toujours aussi stressant les fois suivantes en fait, car il y a toujours cette petite crainte que la porte ne s'ouvre pas !

On entame alors la dernière partie de l'attraction, en extérieur cette fois, sur une pseudo autoroute, qui commence par une grande boucle, sur laquelle on roule déjà relativement vite. Vient ensuite une longue ligne droite, où on prend encore plus de vitesse, suivi d'un grand virage incliné autour du bâtiment, puis le véhicule freine progressivement et on rentre au quai.

Verdict : c'est une attraction à ne pas manquer, surtout pour son originalité, ça ne ressemble vraiment à rien d'autre. Et la dernière partie offre son lot de sensations fortes, on roule quand même à un peu plus de 100km/h, ça décoiffe !

Pour terminer la journée, retour dans la partie "World Showcase", mais cette fois en faisant le tour dans l'autre sens, en passant devant les pavillons canadien, anglais, français, marocain, japonais, américain, italien et allemand. Il y a encore plus de monde que dans l'après-midi, les files à tous les stands du Food & Wine Festival ne désemplissent pas, que du contraire, et l'allée est vraiment bondée, à tel point qu'il faut vraiment pas mal de temps pour aller jusqu'au bout du lac. J'ai l'impression qu'il y a pas mal de gens qui viennent ici juste pour bien manger et se promener autour du lac.

Il commence à faire nuit, tous les pavillons s'illuminent, ça donne un tout autre aspect qu'en plein jour. Et puis c'est toujours assez animé. Un concert se terminait au pavillon canadien lorsque je suis passé devant, et un autre est en cours au pavillon américain, dans un style rock/variétés, avec pas mal d'ambiance. Il faut dire que les américains sont très chauds pour ce qui est de crier ou de frapper dans les mains quand on leur demande, j'ai l'impression qu'ils y mettent plus d'énergie et d'enthousiasme que chez nous.

Je m’arrête un peu au pavillon japonais pour manger, ce sera l'occasion de goûter des sushis pour la première fois ! C'est bon mais pas exceptionnel non plus ! Tout ça avec une bière japonaise, pas exceptionnelle non plus mais c'est déjà rare de trouver de la bière dans les parcs donc autant en profiter ! Et puis ça rafraîchit et ça change un peu de l'éternel Coca !

Je me place ensuite devant le pavillon italien, pour le show nocturne "Illuminations : Reflections of Earth". Quelques minutes avant le début du show, une vingtaine de d'immenses torches placées sur des structures métalliques s'allument tout autour du lac. A 21h précises, toutes les lumières s'éteignent et le show commence. Les effets pyrotechniques s'enchaînent, en synchronisation parfaite avec la bande-son, très symphonique et avec un côté très dramatique, tandis que des énormes boules de feu explosent au centre du lac.

La 2° partie du show est plus calme, les effets pyro laissent la place à des rampes de jets d'eau illuminés, mais la chorégraphie de ces derniers pourrait être plus spectaculaire. Dans le même temps, une énorme boule symbolisant la Terre, et dont les continents s'illuminent en faisant défiler des images, s'avance vers le centre du lac, en tournoyant sur elle-même. La musique re-gagne en intensité ensuite, les feux d’artifice reviennent à la charge, toujours avec une synchronisation parfaite, et des projecteurs géants s’allument aux 4 coins du lac, pointant vers le centre de celui-ci. Tous les contours des pavillons du World Showcase s'illuminent également.

Pour la troisième et dernière partie, la musique redevient un peu plus calme, la boule au centre du lac s'ouvre, tandis que de grands faisceaux de lumière placés sur son support balayent le ciel. Une fois la boule totalement ouverte, la musique devient plus symphonique, avec un côté assez épique, de grandes gerbes explosent du centre de la boule, puis une multitude de comètes blanches explosent partout sur le lac, produisant un effet féérique très réussi. Le show se termine par quelques comètes et bombes en guise de bouquet final, pas très gros en soi, mais qui conclut tout de même très bien le spectacle. Sachant que ce show a lieu tous les soirs sans exception, parfois même 2 foix lors de soirées spéciales, je me dit que ça représente une quantité d'effets pyrotechniques assez phénoménale (et ce n'est que pour ce parc-ci, car du côté du Magic Kingdom, c'est pas mal non plus).

Le spectacle aura duré environ 15 minutes. Dans l'ensemble il est assez varié, et uutre la quantité tout de même assez conséquente d'effets pyrotechniques, son gros point fort est inconstestablement la synchronisation parfaite avec la bande-son, et cela même au niveau des bombes, ce qui est assez remarquable ! Tout est millimété, je n'avais jamais vu une telle perfection avant.

A noter que depuis l'endroit où je me trouvais, j'avais non seulement le spectacle devant moi, mais derrière vers la gauche, je pouvais apercevoir les skytracers des MGM Studios, à droite ceux du Downtown Disney (assez nombreux), et devant vers la gauche, on pouvait même apercevoir assez nettement les grosses bombes du feu d'artifice du Magic Kingdom, qui se situe pourtant à plusieurs kilomètres de là (on en voit sur 2 des photos ci-dessous).

Il me faudra 20 bonnes minutes avant de rejoindre la sortie du parc. En passant devant les fontaines de la Showcase Plaza, des figurants de chaque pays du World Showcase sont présents pour saluer les visiteurs, tous dans un costume typique relatif à leur pays, j'ai trouvé ça assez sympa.

Le lendemain, après avoir passé la première partie de la journée à Typhoon Lagoon, retour à EPCOT, car il y a encore plusieurs pavillons que je n'ai pas eu le temps de visiter la veille. Les navettes partant de Typhoon Lagoon ne desservent que les hôtels du resort mais pas les autres parcs. Je me rends donc jusque l'hôtel "Yacht and Beach Club Resort", situé à proximité d'EPCOT. Je traverse rapidement le hall de l'hôtel (assez luxueux) et je me retrouve devant une plage de sable fin et un grand plan d'eau, avec en face le "Disney Boardwalk", une zone commerciale, de promenade et de divertissement. Et à droite se trouve le complexe hôtelier "Dolphin & Swan", dont une des 2 parties, en forme de grand triangle, est vraiment très imposante, c'est un des plus gros bâtiments du resort, repérable de loin au même titre que la Tower of Terror des MGM Studios ou la boule d'EPCOT.

Depuis cet endroit, un chemin permet de rejoindre directement EPCOT à pieds, via une petite entrée secondaire située tout à l'arrière du parc (à l'opposé de l'entrée principale), au niveau du pavillon français.

Je commence par un petit tour de certains pavillons devant lesquels j'étais déjà passé la veille au soir : France, Maroc, Japon, Italie, et Allemagne. Ca donne une toute autre impression de jour que de nuit, les couleurs ressortent mieux à la lumière du soleil. Tout comme la veille, il y a des petites animations locales, en l'occurrence cette fois au pavillon japonais, sans doute le plus imposant de tous, où l'on peut assister à un concert d'Okaidos, les gros tambours japonais. J'ai déjà vu plus impressionnant, mais au moins il y a de l'animation. Je m'arrête également pour manger au pavillon marocain, un des plus beaux au niveau thématisation, et où on y mange très bien pour pas trop cher. De ce point-de-vue là, EPCOT est incontestablement le parc où la nourriture est la plus variée, il y en a vraiment pour tous les goûts.

Je prends ensuite une petite navette-bateau, permettant de rejoindre l'autre bout du lac, ça évite de marcher, et ça offre une vue un peu différente sur les pavillons du World Showcase.

Après un bref passage par le pavillon anglais, où il n'y a pas grand chose à faire ni à voir sinon quelques façades typiques, le dernier pavillon de cette partie du parc qu'il me reste à visiter est celui du Canada, dans lequel on trouve "O Canada !", un cinéma 360°. Le film dure une quinzaine de minutes, il y a quelques scènes pas mal, mais ça a l'air de dater aussi, au même titre que le film du pavillon chinois. Par ailleurs, c'est un peu étrange d'avoir deux attractions du même type dans le même parc.

Retour dans la partie "Future World" du parc, plus précisément au pavillon "Imagination!", qui abrite deux attractions. La première est un film 3D "Honey, I Shrunk The Audience !", que j'avais déjà vu à Disneyland Paris 4 ans auparavant (mais je n'en avais plus beaucoup de souvenirs). En guise de préshow, un film diffusé sur une multitude d'écrans télé, qui nous explique en gros que tous les sens de la vie se rapportent à l'imagination. Pas super emballant, d'autant plus que le film est assez "nunuche". C'est seulement à la fin de celui-ci qu'on a droit à la présentation du film 3D qui va suivre (une cérémonie de récompense des meilleurs savants).

Le film 3D est vraiment pas mal par contre. D'une part parce que les effets 3D sont assez bien faits, mais les effets 4D également, et notamment les sièges qui vibrent en parfaite synchronisation avec le son et l'image. Les vibrations sont, pour une fois, assez réalistes, et surtout très silencieuses (comparativement à la majorité des films 3D dans d'autres parcs). De même, la scène dans laquelle on voit s'enfuir des centaines de souris est très bien faite : les souffleries sous les sièges sont aussi très silencieuses et sont saccadées, ce n'est pas simplement un long souffle de vent qui fait plein de bruit comme c'est souvent le cas ailleurs. Au niveau 3D, la scène la plus impressionnante est sans aucun doute celle où un serpent ouvre grand sa gueule sur tout l'écran. Ayant refait l'attraction une deuxième fois quelques jours plus tard, l'effet est toujours aussi saisissant, même quand on connaît !

Mon seul coup de gueule viendra non pas de l'attraction en soi, mais des gens qui viennent avec des enfants de 3 ans ou moins. Dès que le son commence à aller un peu fort, ça pleure dans tous les coins, et ils sont obligés de sortir de la salle après 2 minutes en faisant bouger tout le monde, ce qui est assez pénible (car on ne parle pas d'un ou deux cas isolés). Petite parenthèse en passant : je ne comprend pas les gens qui viennent dans de tels parcs avec des tout jeunes enfants, voire carrément des bébés (et il y en a énormément). Je ne vois vraiment pas l'intérêt, ni pour les enfants, ni pour les parents, ça doit représenter infiniment plus de contraintes que d'amusement au final. D'autant plus que la chaleur assez étouffante à l'extérieur doit rendre les choses encore plus pénible. Fin de la parenthèse.

L'autre attraction du pavillon est "Journey Into Imagination with Figment", un darkride dont le concept est assez bizarre, dans lequel un scientifique veut nous faire découvrir comment les 5 sens élémentaires perçoivent l'imagination, mais un petit dragon nommé Figment vient semer le désordre dans les diverses expériences. Il y a quelques effets pas mal cependant. Dans l'expérience sur la vue notamment, il y a une très belle illusion d'optique, où on voit un oiseau dans une cage, et qui disparaît au fur et à mesure qu'on avance. J'imagine qu'il y a un jeu de miroirs, mais c'est bien fait. Dans l'expérience sur l'odorat, Figment se prend pour un putois, et on reçoit un grand coup de vent à l'odeur assez désagréable ! Et puis à la fin, alors que le scientifique nous remercie d'avoir participé à l'expérience et s'excuse pour les désagréments causés par Figment, voilà que celui-ci ré-apparaît, on entend un grand bruit strident, de la fumée envahit le couloir, et sans qu'on ait le temps de se rendre compte de ce qu'il se passe, tout le décor a entièrement disparu pour laisser la place à un autre, très psychédélique. L'effet de surprise est en tout cas vraiment réussi.

Je me dirige ensuite vers le pavillon "The Land". De l'extérieur, on ne voit pas grand chose, si ce n'est une sorte de gros dôme en verre au look encore assez moderne. Quant à l'intérieur, d'une manière générale, l'ensemble paraît hyper-démodé, autant dans la décoration que dans les couleurs. Comme je le disais au début, c'est typiquement un très bel exemple d'une vision du futur datant des années 70-80. Les éclairages se résument parfois à de simples néons blancs de supermarchés (ils sont cachés certes mais on les devine), l'ambiance est assez "froide". L'atrium principal comprenant également des snacks et restaurants, il règne en plus comme une odeur de renfermé mélangée avec une odeur de frites ou plus généralement de nourriture, qui n'est à vrai dire pas très agréable.

Le bâtiment abrite "Living With The Land", un voyage en bateau à mi-chemin entre une attraction et un parcours scientifico-éducatif, dont le thème est l'agriculture. Le parcours commence par une petite partie darkride, avec des scènes illustrant différents paysages et différents types de climat. Ca c'est pour la partie "attraction", qui est encore assez sympa même s'il n'y a rien de vraiment exceptionnel non plus. Vient alors la partie plus éducative avec tout d'abord un tunnel sombre comprenant plusieurs écrans diffusant des images ou vidéos liées à l'agriculture. Pour être franc ce n'est pas vraiment folichon. Le bateau traverse ensuite un gros dôme en verre, dans lequel sont cultivés une multitude de plantes et arbustes tropicaux. On traverse ensuite de grandes serres-laboratoires, dans lesquelles sont présentées différentes techniques de culture de fruits et légumes, notamment dans l'air plutôt que dans la terre. On peut aussi voir des choses un peu plus insolites, comme par exemple des concombres ou des citrouilles poussant en ayant la forme de têtes de Mickey, ou encore des fruits et légumes géants. J'ai été notamment assez impressionné par la taille de certains citrons, gros comme des pastèques !

Mon avis est mitigé sur ce pavillon, et l'attraction ne justifiait pas les 25' de file que j'ai dû faire. Lorsque le parc a ouvert au début, il était sans doute considéré comme un parc de divertissement, mais à vocation éducative, tourné vers l'avenir et le progrès (certains emploient d'ailleurs le terme "edutainment", mix entre "education" et "entertainment"). Sur le fond, l'attraction est certes très intéressante, même encore aujourd'hui, mais la façon dont le sujet est présenté est peut-être un peu dépassé. Et ce côté éducatif datant des début du parc va de plus en plus à l'encontre de l'évolution de celui-ci. Car quand on voit les nouveautés les plus récentes (Test Track, Mission Space, et Soarin dont l'ouverture est prévue en 2005), force est de constater qu'elles sont tout de même beaucoup plus ludiques.

Juste à côté se trouve le pavillon "The Living Seas", dont on ne voit pas grand chose depuis l'extérieur, si ce n'est une sorte de grande fresque à l'entrée, au look un peu rétro. Une fois à l'intérieur, après un petit film de présentation sur les océans, assez démodé, on embarque dans les "Hydrolators", des ascenseurs sensés simuler le fait qu'on descend de 50 étages, vers une base sous-marine, mais l'effet est très mal fait et on n'y croit pas un seul instant (on ne descend en réalité que d'un étage). Il y a ensuite plusieurs salles contenant plusieurs aquariums avec toutes sortes de poissons, c'est sympa mais ça n'a rien de vraiment exceptionnel par rapport à ce qu'on peut voir ailleurs dans des zoos, musées, ou autres lieux dédies au monde marin. Il y a également un bassin avec plein de raies, dans lequel il est possible de tremper sa main pour les toucher, j'ai trouvé ça assez étonnant.

Mais l'intérêt principal du pavillon est un gigantesque aquarium de pas moins de 62m de diamètre et 8m de haut, le plus grand du monde lors de son ouverture. Je ne sais pas si c'est encore le cas mais il est vraiment grand, même si c'est ce n'est pas si perceptible que ça à première vue, du fait qu'il n'y a pas d'énorme baie vitrée pour l'admirer, mais plus une multitude de fenêtres de taille moyenne. J'avais déjà vu un reportage sur cet aquarium, et ça avait l'air bien plus grand vu depuis la surface. EDIT 2019 : après vérification, il semble qu'il soit toujours dans le top 10 des plus grands aquariums du monde, à la 6° place, ce qui est tout de même assez remarquable, plus de 30 ans après son ouverture.

Toujours est-il que mis à part cet aquarium géant, le reste du pavillon mériterait bien un sérieux lifting également (ce qui est en fait prévu pour les 2 années à venir).

Le dernier pavillon qu'il me reste à visiter est "Universe Of Energy", dont la pointe du bâtiment est couverte de miroirs foncés, et dont le toit est entièrement recouvert de panneaux solaires. Depuis l'extérieur, on ne voit qu'une partie du pavillon, avec un look futuriste datant des années 70-80 qui paraît un peu dépassé. Un panneau à l'entrée indique que l'attraction dure environ 45 minutes, ce qui est très long, avec un départ toutes les 17 minutes.

L'attraction commence par un préshow dans une grande salle, avec 5 grands écrans côte à côte sur un mur. Le film met en scène le personnage d'Ellen, rêvant qu'elle participe au jeu télévisé Jeopardy, où elle se fait battre par son adversaire (interprétée par Jamy Lee Curtis) sur toute une série de questions relatives à l'énergie. Pendant la pause du jeu, un scientifique arrive et lui explique que les énergies fossiles d'aujourd'hui trouvent leur origine au temps de la préhistoire.

On entre ensuite dans une salle encore plus grande (mais vraiment !), très sobre et sans aucune fioriture, avec de grands rideaux noirs sur les murs, et on embarque dans une sorte de grand "bac", ressemblant un peu à un véhicule ou une nacelle d'une attraction quelconque, avec ses petites portes et parois latérales, à la différence près que celui-ci est en taille XXXXL puisqu'il peut accueillir environ 100 personnes ! Et il y a en 6 comme ça, regroupés au centre de la salle !

Les 6 véhicules, tous placés sur un énorme plateau tournant, font alors demi-tour simultanément. On se retrouve face à 3 écrans géants, où on peut voir la suite du rêve d'Ellen, dans lequel on fait un grand voyage dans le temps pour remonter plusieurs millions d'années en arrière.

Le plateau tournant refait ensuite un quart de tour dans le sens inverse, le grand rideau noir, tantôt fermé, est maintenant ouvert et laisse apparaître un décor de préhistoire. Les 6 véhicules quittent la salle un à un, et entament un parcours au coeur de la jungle, avec une multitude de dinosaures de part et d'autre. Le moins que l'on puisse dire, c'est que les décors sont vraiment gigantesques. Par contre, en comparaison avec les dinosaures de "Jurassic Park" à Islands of Adventure, et ceux de "Dinosaur" à Animal Kingdom, que j'aurai l'occasion de faire quelques jours plus tard, ceux présents ici sont assez statiques et sont un peu moins réalistes, de par leur aspect parfois un peu trop "caoutchouc". Ceci dit, compte tenu de l'âge de l'attraction, c'est néanmoins tout à fait respectable et globalement, ça reste tout de même de très bonne qualité par rapport à ce qu'on peut voir dans d'autres parcs.

Les véhicules avancent assez lentement, on a donc bien le temps de profiter des décors et de tout observer dans les moindres détails. A l'issue de ce petit voyage dans le temps, les véhicules se regroupent à nouveau au centre d'une 3° grande salle circulaire, effectuent une nouvelle rotation sur un plateau tournant, afin de faire face à un écran géant IMAX à 220° (divisé en 3 parties), sur lequel est projeté un film sur les énergies renouvelables. A la fin de celui-ci, on retrouve Ellen sur le plateau de Jeopardy pour la deuxième manche du jeu, où elle répond cette fois-ci correctement à toutes les questions (comme par hasard...). L'écran central se soulève alors, afin de laisser les véhicules retourner dans la première salle, dans laquelle est projetée la toute fin du film.

Cette attraction est effectivement très longue, peut-être un peu trop, ce n'est pas le genre d'attraction qu'on fait 2 fois de suite, mais elle vaut quand même vraiment le coup. Les décors de la section avec les dinosaures sont tout de même assez impressionnants, et puis le système de déplacement des véhicules à travers les différentes salles est pour le moins original ! J'avais déjà lu un autre trip report où il était expliqué que "la salle se divisait en 6", mais ça restait tout de même assez mystérieux, il faut vraiment l'avoir fait pour se faire sa propre idée.

Un peu dommage que les différents films soient relativement longs, avec encore une fois ce côté très éducatif dont le fond est intéressant, mais la forme commence à faire un peu vieillot. Pour le dernier film (le plus long), c'est néanmoins compensé par quelques belles vues aériennes, et un côté très immersif dû au gigantisme de l'écran. En fait, on peut vraiment dire que tout est "XXL" dans cette attraction ! De l'extérieur, le bâtiment n'a pourtant pas l'air si grand et si haut que ça, mais une fois à l'intérieur, on se rend compte que les différentes salles sont vraiment énormes.

Ayant visité tous les pavillons, je profite du temps restant pour me balader un peu dans la partie Future World, et refaire une fois les attractions les plus intéressantes: Spaceship Earth, Test Track et Mission Space.

Et pour bien terminer la journée, direction le bord du lac pour le show nocturne évidemment. J'étais cette fois du côté opposé par rapport à la veille (côté Future World), ce qui ne change pas grand chose, le show étant conçu à 360° pour être perçu de la même manière tout autour du lac.

Dès le spectacle terminé, je file vers la sortie très rapidement (j'avais fait exprès d'être le moins loin possible), afin de prendre le monorail en direction du Ticket & Transportation Center, en espérant bien arriver à temps pour voir le feu d'artifice des soirées Halloween du Magic Kingdom, que j'avais entrevu par hasard quelques jours plus tôt. Malheureusement, j'arrive à la toute fin, juste pour le bouquet final. Il me restera heureusement encore une occasion de voir ce show quelques jours plus tard, pour peu que je gère un peu mieux mon timing !

> Introduction
> Islands of Adventure
> Universal Studios Florida
> Disney MGM Studios
> Blizzard Beach
> EPCOT
> Typhoon Lagoon
> SeaWorld Orlando
> Magic Kingdom
> Busch Gardens Tampa (+ Old Town)
> Animal Kingdom
> Feu d'artifice MNSSHP
> Wet'n Wild
> Downtown Disney
> Magic Kingdom + épilogue