LES FEUX DE LAEKEN

Bruxelles - 24/08/2018

Cinquième et dernière soirée des Feux de Laeken, qui auront illuminé le nord de Bruxelles de fin juillet à fin août. Ca va faire bizarre de ne plus rejoindre le plateau du Heyzel chaque vendredi, après 5 semaines consécutives, une petite routine commençait à s'installer !

M'étant placé tout devant sur les 3 derniers feux, retour derrière l'Atomium cette fois, histoire de varier un peu, et aussi pour effacer ma frustration du premier feu pendant lequel les boules de l'Atomium étaient éteintes.

Tout comme le premier feu un mois plus tôt, c'était Party-Fices qui était une fois de plus aux commandes. Un peu dommage d'avoir choisi deux fois la même société, d'autant plus que c'était déjà la cas en 2017. Sans citer de nom ici, il y a en tout cas encore au moins une société que je connais qui serait ravie de pouvoir participer, et une autre que j'aimerais vraiment bien voir sur ce festival. Peut-être en 2019 !

Sans trop de surprise, le feu était très similaire au premier, y compris le bouquet final, qui était lobalement identique au premier, avec un mélange de bombes filet or et de bombes de couleurs. La quantité était au rendez-vous, rien à dire là-dessus, mais visuellement, je trouve ça vraiment dommage de ne pas avoir proposé autre chose, alors qu'il existe tant de possibilités qui permettraient d'avoir un rendu complètement différent.

Les passages les plus intéressants étaient pour moi les différentes salves de pots-à-feu, notamment celles en ouverture (même s'il semble qu'il y ait eu quelques petits dysfonctionnements, les produits poste de droite ne partant visiblement pas au bon moment). Depuis la zone public "officielle" située beaucoup plus près, ça devait probablement être assez impressionnant.

Mis à part ça, ce n'est pas la première fois que je fais la remarque, mais c'est typiquement le genre de feu très "linéaire", où j'ai l'impression de voir (et d'entendre) tout le temps la même chose du début à la fin : des compacts à bombettes dans un flux quasiment ininterrompu, agrémentés de bombes, sans réelle cohérence la plupart du temps, que ce soit au niveau des types de bombes ou des couleurs. En y regardant attentivement il y avait tout de même quelques bombes sympas : ellipses à coeur rouge, bombes tronc-palmier à pointes multicolores, dahlias aux couleurs pastels assez lumineuses, dahlias rouges, ou encore des grosses kamuros avec effet crackling au centre. Dommage que, de par l'aspect linéaire du feu, ces bombes ne soient pas toujours bien mises en valeur.

C'est le genre du feu que le public lambda apprécie sans doute, de par l'intensité, mais de mon point de vue, par rapport aux 3 feux précédents, c'est plus intense certes, mais beaucoup moins varié et beaucoup moins travaillé d'un point de vue artistique.