LE GRAND FEU

Saint-Cloud - 10/09/2016

La mi-septembre marque souvent la fin de la saison estivale dans mon agenda pyro, ce qui sera le cas cette année encore. Et pour terminer en beauté, direction le Grand Feu de Saint-Cloud, qui sera plus que probablement mon dernier "gros" feu de l'année (déjà...).

A quelques jours du spectacle, mes yeux étaient rivés sur les prévisions météo, avec l'espoir de ne pas revivre les conditions catastrophiques de 2015, où la fumée avait littéralement ruiné l'entièreté du feu. Heureusement, pas de quoi s'inquiéter cette année, le temps était magnifique (ça aura d'ailleurs été le cas sur tous les feux de l'année jusqu'ici, ce que est assez rare).

J'arrive sur le site bien avant l'ouverture des portes au public, histoire d'avoir le temps de m'installer, de m'imprégner des lieux et de faire monter l'excitation, et de prendre quelques photos des installations, du moins la partie émergée de l'iceberg. Beaucoup de petits produits à l'avant de la zone de tir, comme à l'accoutumée, avec entre autres de nombreuses chandelles, volcans, cascades et quelques pièces sur mâts (mais un peu moins que d'habitude). Tout à l'arrière on peut apercevoir furtivement une partie des bombes cachées derrière les arbres, ainsi que des structures élévatrices.

20h, le site se remplit petit à petit, même si on est bien loin d'atteindre le "sold out", il restait en effet encore de nombreuses places vacantes. L'expérience amère de l'année passée due aux conditions déplorables est peut-être encore dans les mémoires et en a peut-être découragé plus d'un. C'est bien dommage pour l'organisation, mais ça n'empêchera pas les personnes présentes de profiter du spectacle.

Il est un peu plus de 21h lorsque la première partie du spectacle démarre. Contrairement aux précédentes éditions, pas de narration à caractère historique cette année, mais plutôt un pré-show axé sur le public. Ca a commencé avec un "joyeux anniversaire" adressé à toutes les personnes nées un 10 septembre (j'espère qu'il y en avait au moins une dans la foule !). Ca ne m'aurait pas déplu d'être dans le lot d'ailleurs, car avoir un feu d'artifice (et non des moindres) pour mon anniversaire, ça ne m'est encore jamais arrivé ! On n'a pas eu droit à la chanson "classique" un peu ringarde (heureusement sinon je me serais cru dans un restaurant chinois !), mais un thème assez rock'n'roll, accompagné de salves de petites bombes en éventail, ainsi que de nombreux marrons d'air. Une très belle entrée en matière !

On a ensuite pu entendre à un petit sketch humoristique entre deux artificiers, dont l'un essayait sans succès de faire démarrer le feu, tandis que l'autre lui répétait la réplique du film la 7° Compagnie : "le fil rouge sur le bouton rouge, le fil vert sur le bouton vert". Je me suis demandé s'il s'agissait d'un clin d'oeil au feu de la Fête du Lac à Annecy un mois plus tôt, car on avait eu droit à la même réplique dans un des tableaux, ou bien s'il s'agissait juste d'une coincidence.

Quoiqu'il en soit, le feu a donc fini par démarrer, avec un premier tableau assez calme, composé d'une multitude de petites comètes bleues avec effet serpentin, suivies par une sorte d'embrasement du site à l'aide de volcans, très discrets au départ mais très lumineux sur la fin.

Quelques mois auparavant, une requête avait été formulée sur la page Facebook du Grand Feu, afin de connaître les souhaits du public pour cette première partie, que ce soit par rapport au thème, aux produits, ou aux musiques. La démarche était assez sympa, et on pouvait voir qu'il y avait quelques connaisseurs au vu de certains commentaires. J'étais d'ailleurs sur la même longueur d'onde concernant plusieurs d'entre eux : avoir du Hans Zimmer, du Audiomachine ou du Two Steps From Hell dans la bande-son, et au niveau pyro, des rafales, beaucoup de marrons d'air, ou encore des bombes de gros calibres genre 200 ou 300mm. Cela dit, demander à avoir des bombes japonaises, il ne fallait quand même pas se faire trop d'illusions ! Je pense qu'on ne verra (malheureusement) jamais ça dans nos contrées...

Plusieurs personnes avaient demandé un petit hommage en l'honneur de leur anniversaire (parfois de mariage), leur voeu a donc déjà été exaucé ! Deuxième souhait du public : avoir des bombes en forme de coeurs. Personnellement je ne suis vraiment pas fan de ce genre de bombes, car bien souvent elles explosent complètement de profil, et ça ne ressemble à rien. La voix-off n'a d'ailleurs pas manquer de faire cette remarque en expliquant le comment du pourquoi, ce qui était une très bonne idée vis-à-vis du public lambda.

La séquence était principalement dans des tons or et vert, les coeurs n'étaient là qu'en complément, à raison de 4 ou 5 salves, et c'était très bien comme ça, il n'en fallait pas plus !

La voix-off reprend la parole, en expliquant que beaucoup de gens avaient proposé toutes sortes de musiques, dans tous les styles. Etant donné qu'il n'y avait aucune restriction, je m'étais moi-même prêté à l'exercice en suggérant que l'entièreté du feu se fasse sur le double album "Nostradamus" de Nikolo Kotzev ! Vous ne connaissez pas ? C'est normal ! C'est un rock-opéra symphonique sorti en 2001, complètement inconnu du grand public (et je dirais même complètement inconnu tout court d'ailleurs), et c'est très regrettable car pour moi, c'est un des meilleurs albums de tous les temps ! Voici un aperçu de la première partie pour les curieux (je pense que c'est aussi disponible en intégralité sur Spotify).

Je saurai que ma proposition n'a malheureusement pas été retenue, lorsque la voix-off annonce que seules les musiques les plus connues ont été choisies ! Bon cela dit, je ne rêvais pas trop non plus, il y avait à peine plus de chance d'avoir cet album en guise de bande-son que d'avoir des bombes japonaises !

C'est donc sur le thème de la Panthère Rose que le feu continue, un choix assez surprenant, je ne me souvenais pas spécialement avoir vu ce titre spécifique dans les propositions, du moins ça ne m'avais pas sauté aux yeux, mais soit ! Une séquence avec bien évidemment des produits dans des tons roses et rouges, divisée en 3 parties : très calme au début et à la fin, avec de grandes comètes tirées en éventail depuis les 4 coins de la zone de tir, et très bruyante entre les 2, avec une multitude de chandelles à bombettes. Un peu dommage cependant que celles-ci débordaient assez bien sur la partie où la musique re-devenait plus calme.

On continue sur fond de musique classique, avec un tableau très calme, composé de milliers de comètes or à pointe bleue. Très poétique, mais peut-être un rien trop long. Cela dit ça donne de très belles photos ! Vers la fin, les 3 grands soleils sur mâts se sont embrasés à l'aide de plusieurs jets. L'ensemble était très lumineux, mais au vu de la quantité de fumée qui a vite fait son apparition, je me demande s'il n'y avait pas un peu trop de jets en une fois et trop concentrés.

On change radicalement de style, et on passe à ZZ Top, avec un tableau très sympa, majoritairement en rouge et or, dont notamment un grand nombre de chandelles à effet crépitant. A noter que la musique était en version instrumentale, ce qui sera encore le cas avec d'autres chansons rock plus tard dans le feu (ce qui ne me dérange pas spécialement !).

Et cette première partie se termine sur un morceau très célèbre et bien grandiloquent comme j'aime : Carmina Burana ! Un titre qui se prête très bien au tir de feu d'artifice il est vrai, par contre, contrairement aux dires de la voix-off, je ne trouve qu'on ne l'entend pas pas si souvent que ça sur des feux (et pourtant j'en vois quand même assez bien).

Le tableau commence avec quelques grosses pivoines rouge clignotant, assez imposantes, avant de laisser la place à une multitude de comètes rouges et blanches tirées depuis tout le site, droites d'abord, éventaillées ensuite. Un tableau assez similaire à un de 2014, mais que j'avais cependant beaucoup aimé car du fait que les produits soient tirés aux 4 coins de la zone de tir, ça donne vraiment un effet de masse et un effet de profondeur assez intéressant.

Différents types de bombes prendront le relais sur la fin, notamment 3 grosses salves de pivoines rouges avec effet crackling, tirées cette fois avec un effet de largeur assez conséquent. Seul bémol : alors que le tableau semblait monter en crescendo progressivement, la fin était assez décevante dans le sens où l'intensité a brutalement chuté. Et malgré le fait qu'il y avait quelques très belles bombes, l'espace scénique paraissait assez vide par rapport au reste du tableau. J'ignore si c'était voulu ou pas, mais j'ai trouvé ça assez dommage de terminer cette première partie de cette façon.

Sur ce, voici la vidéo de cette première partie. La suite juste après !

Liens vidéo : Youtube - Vimeo

Après cette mise en bouche, place au plat de résistance de la soirée ! Fidèle aux traditions, la voix-off annonce avec toujours autant de classe et de sobriété : Mesdames et Messieurs, voici... votre Grand Feu". Rien à faire, mais je suis toujours fan de cette phrase, d'autant plus qu'elle semble dire que le spectacle appartient au public, ce qui est vraiment sympa !

Le site s'illumine de bleu, tandis que des comètes dorées sont tirées de part et d'autre du site en direction du centre, et ce en parfaite synchronisation avec la musique. A cela viendront s'ajouter des chrysanthèmes or, ainsi que de superbes gerbes tirées en éventail depuis toute la largeur du site, les plus belles étant celles tirées juste devant la grande cascade éclairée en bleu. Avec les quelques reflets dans l'eau en plus, c'était magnifique !

Le tableau se terminera avec deux salves de plusieurs très belles bombes "queue de cheval"... et un chapelet de pivoines jaunes qui a probablement explosé accidentellement ! C'était le seul petit bémol à vrai dire, mais le reste était parfait, voilà un Grand Feu qui commence très bien !

2° tableau avec tout d'abord un embrasement aux bengales clignotants, dans une couleur entre le vert pâle et le jaune, suivi par une séquence dans des tons entièrement verts, avec un grand nombre de comètes finissant en effet feuilles mortes, sur fond de BO du Seigneur des Anneaux. Sympa mais sans être exceptionnel non plus, et peut-être un peu trop long avec toujours le même type de produits. Le tableau s'est néanmoins terminé sur une très belle salve de bombes kamuro à coeur vert.

Le public avait réclamé des marrons d'air, il sera servi avec le tableau suivant, composé exclusivement de ce type de produits, sur fond de bruitages de tonnerre, pendant un peu plus de 2 minutes, avec une intensité croissante. Un "classique" du Grand Feu de Saint-Cloud que l'on retrouve pratiquement lors de chaque édition, mais je ne m'en lasse pas, ça a toujours autant de puissance !

Après cette séquence très intense, retour à quelque chose de beaucoup plus calme, avec tout d'abord des petites fontaines accompagnées par 2 très beaux éventails de comètes rouge scintillant tirées devant la grande cascade. Le tableau continuera ensuite avec des dizaines de petites bombes "feuilles mortes" de différentes couleurs, tout en finesse !

On reste dans la musique classique, mais avec quelque chose de beaucoup plus rythmé cette fois, et un tableau composé entre autres de plusieurs mono-coups tirés en synchro avec la musique, et également 2 séquences assez intenses comprenant bombettes et de nombreuses pivoines rouges et oranges avec effet crackling.

On repasse à une ambiance on ne peut plus planante sur le tableau suivant, avec entre autres une multitude de petites fontaines crépitantes, un effet très sympa que je n'avais encore jamais vu ailleurs je pense. On a ensuite eu droit à des dizaines de comètes et bombes dans des tons majoritairement roses, ce qui n'est pas si courant que ça : on a souvent des nuances de rouge, du violet, du orange, mais du rose intense c'est relativement peu fréquent.

Vers le milieu du tableau, changement radical de style dans la musique, avec le célèbre thème du Requiem de Verdi. Outre plusieurs mono-coups tirés en synchro avec la musique, au niveau des bombes on reste sur une dominante de rose, agrémentées de quelques très belles bombes kamuro, ainsi que des bombes à effet crackling, de faible envergure mais très denses. Un peu étrange et dommage cependant que les projecteurs soient restés dans la même couleur et la même position que sur la partie planante du tableau. Quelque chose de plus dynamique aurait été sympa histoire de marquer la transition.

Encore une très belle mise en valeur du site sur la séquence suivante, avec un nouvel embrasement aux bengales clignotants sous les bosquets et autour de la grande cascade, accompagnés de fontaines et de comètes blanches. De nombreux effets "feuilles mortes" ont pris le relais, dans un style très différent par rapport à ce qu'on avait déjà eu avant cependant. Ici on était plus dans des tons blanc clignotant très intense, mais aussi des effets aux étoiles rose pâle beaucoup plus petites. On pouvait également deviner quelques queues de cheval aux particules d'or très fines, mais qui n'étaient malheureusement pas mises du tout en valeur, c'est à peine si on les remarquait à cause des autres effets très lumineux tout autour.

Le tableau suivant fut un des plus intenses et des plus bruyants, sur une version instrumentale de la chanson Enter Sandman de Metallica. Le métalleux que je suis ne peux qu'apprécier ! Beaucoup de bombes et bombettes à effet crackling, dans des tons or et blanc, ainsi que beaucoup de comètes sifflantes au son assez strident. Le tout accompagné par des jeux de lumières assez dynamiques. On avait déjà eu la même musique sur le feu de 2015, à la différence près qu'on n'avait pas vu grand chose à cause de la fumée ! Cela dit après vérification sur mes vidéos, le tableau était complètement différent. En 2015 il y avait notamment beaucoup de mono-coups bien calés sur la musique au début, dommage qu'ils n'étaient pas présents cette année. Il y avait bien un peu de synchro certes, mais moins bien marquée je trouve.

Le tableau sur Metallica était très intense, mais le suivant l'était tout autant, brisant ainsi un peu l'alternance entre tableau calme et tableau bruyant, comme c'était le cas jusqu'ici. Il y avait un peu de tout dans les effets utilisés : beaucoup de petites comètes assez bruyantes, des mono-coups éventaillés bien synchronisés avec la musique, des pots-à-feu, différentes sortes de bombes, ainsi que de nombreuses bombettes à effet crackling, assez bruyantes également, mais un peu redondantes car à priori c'étaient exactement les mêmes que celles utilisées sur le tableau précédent. Il n'empêche que le tableau était assez impressionnant.

Dans un tout autre style, le tableau suivant était lui aussi très bien fourni, avec des milliers de comètes vertes et rouges, tirées en mode "battle" dans un premier temps, puis mélangées ensuite. Il y avait quelques comètes bleues dans le tas mais qui passaient un peu inaperçu. Une plus grande variété de couleurs aurait été sympa, au lieu d'avoir uniquement du rouge et du vert assez classiques. Cela dit, vu le nombre de projectiles, l'effet de masse était assez impressionnant ! Quelques pivoines et bombes-anneaux sont venues s'ajouter dans le ciel. Vers la fin, on a également pu observer des bombes composées de 3 anneaux perpendiculaires les uns aux autres, dommage cependant qu'ils n'étaient pas très réguliers, on avait parfois un peu de mal à deviner la forme.

Le site s'embrase de nouveau, à l'aide de bengales rouges classiques cette fois, disposés autour de la grande cascade et sur toute la partie arrière du site. Juste après, des dizaines de petites fontaines accrochées dans les arbres se sont mises en action. Elles étaient dirigées vers le bas, ce qui donnait un effet assez original, on aurait vraiment dit des "douches" de paillettes d'or ! Ce sont ensuite plusieurs petites cascades de feu qui ont pris le relais, accompagnées par quelques bombes feuilles mortes.

Le tableau suivant aura été assez bien gâché par son prédécesseur. En effet, des bengales, des jets, puis des cascades, ça fait énormément de fumée ! Ce n'était certes pas aussi catastrophique que ce qu'on avait connu l'année précédente, dans le sens où on voyait toujours les effets, qui étaient heureusement très lumineux. Parfois même trop lumineux, notamment des gerbes d'un rouge très intense, dont la couleur presque aveuglante était encore renforcée par le nuage de fumée tout autour. Ce sera un des seuls tableaux du feu sur lequel la fumée aura vraiment été trop présente.

A noter que cette séquence comprenant pas mal de rafales de mono-coups, sans réelle synchro avec la musique, mais ça fait tout de même plaisir d'en voir quelques-unes sur un feu de cette ampleur !

On continue, avec une petite intro d'une minute sur fond de musique planante et de jeux de lumières uniquement, sans aucun effet pyro, ce qui était une bonne chose pour permettre à la fumée de s'évacuer un peu ! La suite sera dans des tons majoritairement verts, avec notamment pas mal de pivoines, ainsi que des éventails de gerbes blanc clignotant bien calés sur les temps forts de la musique. Le tableau s'achèvera sur une salve finale assez intense.

Un tableau relativement court ensuite, avec un dernier embrasement à l'aide de fontaines disposées en V cette fois, accompagnées de salves de comètes oranges éventaillées. Au tout début de la séquence on a également eu une salve de petites bombes violettes et or, dommage qu'il n'y en ait pas eu plus car elles étaient vraiment sympas. Quelques gerbes d'un jaune assez intense, qui je pense devaient faire partie du début du bouquet, ont un peu joué les trouble-fête en explosant accidentellement dans le bassin central, gâchant un peu la symétrie, mais bon sur un feu de cette ampleur, c'est inévitable (et c'est bien peu de choses comparativement aux nombre de "ratés" qu'on a eu cette année à Annecy...)

On poursuit avec un tableau repris du feu de l'année passée, la fumée en moins ! Il se composait de produits exclusivement rouges, peut-être un peu trop, personnellement j'aurais bien aimé un peu de variations de couleurs, du bleu par exemple. On sentait qu'il y avait une volonté de faire de la synchro sur la musique, en l'occurrence la célèbre chanson The Eye of the Tiger, mais ce n'était pas toujours parfait, à quelques dizièmes de seconde près, ce qui était un peu dommage. En revanche la séquence s'est une nouvelle fois terminée sur une salve finale assez puissante.

Autant ce n'était pas une mauvaise idée de reprendre un tableau du feu de 2015, j'avais même dit que ça ne me dérangerais pas d'avoir exactement le même feu tellement les conditions de visibilité avaient été déplorables, autant le choix de ce tableau-ci en particulier était assez étrange. Personnellement ce n'est sans doute pas celui-là que j'aurais choisi !

Après une petite intro assez calme, ambiance french-cancan sur le tableau suivant, avec pour commencer une multitude de comètes bleues agrémentées de pivoines bi-colores, et ensuite une panoplie de bombes dans des tons bleu-blanc-rouge. Beaucoup d'entre elles laissaient une belle traînée lors de leur ascension, ce qui donnait un effet de masse vraiment très sympa. Plusieurs éventails d'effets serpentins venaient s'ajouter aux bombes, ce qui donnait une fois de plus un tableau très dynamique, sur une musique très entraînante ! Le public a d'ailleurs bien apprécié je pense, on entendait même plusieurs personnes taper dans les mains par moments. Personnellement j'aurais bien vu quelques mono-coups bien synchronisés ainsi que des rafales en plus, car le style de musique s'y prêtait très bien, mais cela dit l'espace scénique était déjà très bien rempli !

Et on arrive déjà à l'avant-dernier tableau de feu, très bien rempli lui aussi, avec en vrac des pivoines jaunes et bleues, des comètes sifflantes, des bombettes avec effet crackling, ou encore des éventails de gerbes ou de comètes dans des tons bleus et oranges. Le tout sur l'air bien connu de Final Countdown, bien placé car c'est en effet le moment de décompter les secondes avant d'entamer le bouquet final ! Une fois encore, ça ne m'aurait pas déplu d'avoir un peu plus de synchro sur ce tableau, pour accompagner certains courts passages de la musique, en l'occurrence les annonces des refrains. Ca n'enlève rien au fait que le tableau était tout de même très réussi. A noter que les jeux de lumière étaient très dynamiques également, et apportaient vraiment quelque chose au niveau visuel, notamment de par leur couleur vert pomme, qui complétait très bien les couleurs des effets pyro. Et puis une fois de plus, la salve finale était assez impressionnante !

Et voici donc la vidéo de cette deuxième partie, avant d'attaquer le bouquet final !

Liens vidéo : Youtube - Vimeo

Dernière partie du spectacle : le bouquet final, qui aura duré un peu plus de 6 minutes ! Tout comme un des tableaux précédents, il s'agissait du même bouquet que celui de 2015, à la différence près que cette année-ci, on le verra ! La première moitié était composée essentiellement de pivoines et de gerbes éventaillées très lumineuses, dans une succession de séquences monochromes : d'abord dans des tons violet, puis bleu, vert, jaune, orange et enfin rouge. Les couleurs se sont ensuite mélangées, donnant ainsi un très joli dégradé. Seul bémol : vu le nombres très élevé de gerbes en éventail, la partie basse du site a de nouveau été pas mal enfumée, en particulier la partie droite vu que le léger vent allait dans cette direction. Ce n'était pas aussi catastrophique que l'année précédente, mais ça devenait limite, il était temps que ça s'arrête pour laisser la place à la deuxième partie du bouquet, qui elle, était majoritairement composée de pivoines, explosant plus haut dans le ciel.

Comme chaque année, je ne suis toujours pas fan d'un bouquet aussi long, où la montée en intensité, même si elle est présente, est peu perceptible. Cela dit ça m'a un peu moins dérangé cette année, peut-être parce que ça faisait longtemps que je voulais un bouquet multicolore sur un "gros" feu. Je ne sais pas combien de centaines (ou de milliers ?) de bombes il y avait, mais c'était tout de même impressionnant ! L'avantage d'un bouquet aussi long est qu'on a vraiment bien le temps d'en profiter et d'en prendre plein la vue (et les oreilles), même en prenant des photos !

Et je dois dire que je suis très content qu'ils aient repris le bouquet de 2015, qui se terminait par 4 salves de marrons d'air très puissantes, avec une intensité croissante ! C'était bien évidemment encore le cas cette année, et la toute dernière salve était absolument hallucinante, le sol et la tribune ont tremblé ! Je pense que c'est la salve de marrons d'air la plus intense que j'aie pu voir, tous feux confondus ! A garder absolument pour les prochaines éditions !

Le public a largement applaudi à l'issue du bouquet. On sent que c'est vraiment un public de passionnés car c'est très rare que les gens montrent autant d'enthousiasme à la fin d'un feu, même lorsque celui-ci est réussi. Je trouve ça assez dommage d'ailleurs, les artificiers ont rarement les applaudissements qu'ils méritent, mais au moins ce n'était pas le cas ici !

Et voilà donc le dernier grand feu de l'année qui s'achève en beauté, cette édition était une fois de plus très réussie ! En même temps, si on met de côté l'édition de 2015 gâchée par la fumée, je pense que je n'ai jamais été déçu de ce feu. Le spectacle de cette année était peut-être un peu plus court par rapport aux années précédentes ("seulement" 1h20 si on met tout bout à bout), mais c'est une tendance qui se généralise sur beaucoup de feux où je me rends. Je ne peux néanmoins que saluer le courage de Patrick Joly, qui continue à nous offrir chaque année un très beau spectacle, alors que celui-ci n'est, à mon avis, pas rentable. Et puis quand bien même, ça reste toujours un des plus gros feux en Europe, et la qualité est toujours au rendez-vous ! Un grand merci aux artificers et aux organisteurs, j'ai vraiment passé une très bonne soirée !

Pour terminer, la vidéo du bouquet final :

Liens vidéo : Youtube - Vimeo