FETE DE LA MIRABELLE

Metz - 27/08/2016

Au lendemain d’un retour du Québec, et à la veille d’un montage de feu à Thy-le-Château, je me rends en dernière minute à Metz pour le feu de la fête de la mirabelle, où je ne m’étais plus rendu depuis 2012. Pensant que je serais encore en plein jetlag, je n’avais pas prévu d’y aller, je ne m’étais même pas renseigné sur la société qui tirait le feu... A tort, car lorsqu’on m’a annoncé la veille qu’il s’agissait de la société italienne PyroEmotions, je me suis dit que je ne pouvais pas manquer ça, d’autant plus que je les avais déjà loupé en 2015 ! C’est assez rare de les voir dans la région (enfin, à 300km près !), et les 2 seuls feux que j’avais vu lors du festival de Knokke-Heist en 2012 et 2013 étaient géniaux !

J'avais lu qu'à cause de la menace terroriste, le site serait bouclé et il y aurait des fouilles, mais aucune liste d'objets interdits n'avait été publiée, je ne m'inquiétais donc pas trop. Mais voilà que quelques dizaines de kilomètres avant d’arriver à Metz, un ami photographe m’appelle pour me dire que les trépieds sont interdits sur le site, mais que les réflex sont autorisés !! Mais bon un réflex sans trépied pour un feu, ça ne sert pas à grand-chose ! De par ses connaissances avec un des responsables de la sécurité, lui a néanmoins pu rentrer avec 3 trépieds, et est prêt à m’en laisser un pour y mettre un de mes appareils. Ce sera toujours mieux que rien, mais ça m'énerve quand même !

Un peu plus tard, me voilà sur place, mes trépieds sont donc restés bien au chaud dans la voiture, je n’ai que mon sac avec mes deux appareils. Le site est bel et bien bouclé de tous les côtés, à priori je n’ai rien contre, c’est déjà très bien que l’événement soit maintenu, ce qui est loin d’être le cas partout en France. Là où ça ne va plus, c’est au moment où je me fais refouler à l’entrée, sous prétexte que les appareils réflex sont interdits sans accréditation de la ville !!! Quoi ??? C’est une blague ?? Croyant être tombé sur un type qui faisait de l’excès de zèle, je tente les 2 autres entrées, mais en vain. Je fulmine littéralement, j’étais limite prêt à traverser la Seille à pieds, mais je n'avais aucune idée de la profondeur.

Ayant atteint un stade de frustration et d'énervement avancé, je tente une dernière solution : laisser mon sac et un de mes appareils dans la voiture, et tenter de rentrer avec l’autre simplement en bandouillère, bien visible donc... et ça a marché ! Ha ben tiens, je pensais pourtant que les réflex étaient interdits ??? Vaste blague... Je ne ferai pas d’autres commentaires mais je n’en pense pas moins.

Je pénètre donc sur le site et là, nouveau coup de massue : la scène est plantée en plein dans l’axe du feu, juste devant la zone de tir ! J’imagine que c’était sans doute pour faciliter la mise en place du périmètre de sécurité, mais niveau visibilité pour le feu, ce n’est pas l’idéal car elle est tout de même assez imposante. D’autant plus que PyroEmotions utilise en général beaucoup de mono-coups au sol.

Je rejoins mon ami photographe tout à l’avant du site, et vu qu’il n’y a pas vraiment de super endroit pour se placer, on restera à quelques mètres des barrières, à droite de la scène, à priori c’est là qu’on aura la vue la plus dégagée, et avec l'ultra grand-angle, ça devrait passer.

Ambiance disco-funk des années 80 en attendant le feu, avec le concert de Imagination, assez sympa, qui me fera un peu passer mon énervement ! A l’issue du concert, la pyro prend le relais. Fidèles à leur tradition, les mono-coups s’enchaînent les uns après les autres, c'est l'orgie, et ce sera le cas jusqu'à la fin ! Rien à faire mais en plus d'une chorégraphie très dynamique et réglée comme du papier à musique, ils utilisent en général de très beaux produits. Tout d'abord dans les mono-coups bien évidemment, comme par exemple de superbes comètes d'un bleu très intense avec gerbe or scintillant, des comètes violettes avec gerbes kamuro, ou encore de grandes comètes or dont la traînée durait assez longtemps. Beaucoup de belles choses au niveau des bombes aussi, avec notamment des bombes-méduses bleu et or, différentes de celles "habituelles" en bleu-blanc-rouge, des pivoines à trois bandes de couleur, en bleu, vert et rouge. Et je ne peux pas ne pas mentionner les bombes filet or et étoiles blanc clignotant durant le bouquet final, absolument magnifiques !

En plus des produits au sol, deux grues étaient disposées de chaque côté de la zone de tir, avec notamment au tout début, un embrasement aux bengales, suspendus à des câbles tendus entre elles et le sol, formant des sortes de grandes pyramides, c'était assez original. Un peu plus tard, c'est une cascade de feu entre les 2 grues qui a illuminé le site, suivie par une séquence très sympa de volcans or scintillant disposés à 360°, dont les particules retombaient assez bas. Il y a également eu plusieurs autres mono-coups tirés de là-haut, mais ça ne valait pas la séquence complètement délirante qu'ils avaient fait à Knokke en 2012 !

Au niveau de la bande-son c’était assez spécial par contre. Les 2 fois où j’avais vu PyroEmotions à Knokke, il s’agissait souvent de chansons plutôt pop ou rock'n'roll, assez rythmées. C'était souvent le cas également sur quelques vidéos que j’avais pu voir entre-temps. Je m’attendais à quelque chose de similaire, mais ce n'était pas du tout le cas ! La musique du feu avait en effet été conçue spécialement pour l’événement par un artiste local, il s’agissait d’un mix improbable de musique classique, d'électro/dubstep, d'orchestre de rue, de chant ethnique, ou encore de thèmes des années 80 remixés. Je n’étais pas spécialement fan de tout (en particulier les passages électro avec énormément de basses), mais ça avait le mérite de sortir complètement des sentiers battus et de m’avoir surpris. Mention spéciale tout de même au 2° tableau, très calme, avec uniquement du piano, ce qui est assez rare. Chaque descente de notes était accompagnée de mono-coups, et la fin de la séquence était assez délirante. J'ai trouvé ça vraiment génial, et très original autant visuellement que musicalement.

Seul petit bémol sur l'ensemble du feu : la synchro ne paraissait pas parfaitement parfaite ! Je parle en dixièmes de secondes, ça semble insignifiant, mais on percevait un infime décalage. Cela dit je pense que cela était dû au fait qu’on se trouvait juste devant les enceintes. On n’aurait probablement eu cette sensation si on avait été un peu plus loin.

Et comme je l'avais déjà remarqué par le passé, un feu avec énormément de mono-coups, c'est bien, mais au bout de 25 minutes, ça devient un peu redondant, il n'en faut pas plus ! (sans pour autant remettre en question la qualité du spectacle, loin de là). Un excellent feu au final, qui a réussi à balayer quelque peu ma frustration par rapport à la sécurité (et heureusement !).

Sur ce, voici la vidéo. Ne mettez pas le son trop fort car étant tout devant à proximité des enceintes, ça sature fort sur une bonne moitié. Les basses étaient vraiment fortes et on avait cette sensation de saturation même sur place. Et encore un grand merci à Marc pour le prêt du trépied !

Liens vidéo : Youtube - Vimeo