VUURWERKFESTIVAL

Knokke-Heist - 27/08/2012

Dernier chapitre d'un petit marathon de 5 soirées consécutives de feux d'artifice et spectacles son & lumières : Knokke, Namur, Metz, Thy-le-Chateau, et enfin un petit retour à Knokke pour terminer, histoire de boucler la boucle !

Il s'agissait de la soirée de clôture du festival international de feux d'artifice, le feu n'entrait donc pas dans la compétition. Il était tiré par la société polonaise Surex, qui avait remporté l'édition 2011. Je n'avais jamais vu aucun de leur feu en vrai, mais je savais qu'ils commençaient à se faire une bonne rénommée depuis 2009. J'avais vu qu'ils avaient notamment gagné le prix du public au festival de Cannes en 2009, et ils avaient fait encore plus fort en 2010 en remportant le prix du public ET du jury, ce qui n'est quand même pas rien, c'est une belle carte de visite !

Le feu de Scarpato 4 jours plus tôt était encore bien présent dans ma mémoire, si bien que celui de Surex m'a semblé beaucoup moins impressionnant, et au final je n'en retiendrai pas grand chose. Ce n'était pas un mauvais feu pour autant, loin de là, mais disons qu'il était un peu plus conventionnel. Ils avaient gagné le concours en 2011, mais ils n'auraient certainement pas fait le poids face à Scarpato s'ils avaient concouru cette année avec ce feu (enfin, c'est mon avis).

Au niveau musical, uniquement des morceaux instrumentaux, dans le style "musique de films". Pas ou peu de thèmes vraiment connus comme on a l'habitude d'entendre sur beaucoup de feux (genre Pirates des Caraibes !). Toutefois, c'est un des styles que j'aime le mieux pour accompagner un feu, et au moins la bande-son était cohérente du début à la fin.

Même si le feu m'a moins marqué que celui de Scarpato, il y avait tout de même quelques moments remarquables :

>> Plusieurs effets bien synchros avec la musique, à divers moments du feu (1'27, 1'35, ainsi que de 11'19 à 11'36). Mais bon, après le feu de Scarpato 4 jours plus tôt, ça passait presque inaperçu !

>> A 2'11, il y avait des fontaines entièrement bleues, c'est la première fois que je voyais ça. J'ai voulu zoomer, malheureusement ça n'a duré que 5-6 secondes.

>> A 2'37 : 2 chouettes compacts, très silencieux.

>> De 4'17 à 4'22 : quelques effets en éventails, assez sympas visuellement

>> A 6'46 : des comètes tirées à divers degrés d'inclinaison, parfois assez faibles, ce qui fait qu'elles partaient quasiment à l'horizontale, en couvrant une façade relativement large. C'est encore le cas à 14'55.

>> A 12'33 : le rendu des couleurs n'est pas optimal sur la vidéo, mais les étoiles des bombes que l'on voit avaient une couleur rose assez flashy. Ca m'a frappé car ce n'est pas une couleur que l'on voit très souvent.

>> A 15'34 : des pots-à-feu kamuro en éventail ! J'adore ce type d'effet, bien que je préfère une "crête" avec des étoiles bleues plutôt que rouges, car le rouge est un peu trop lumineux et gâche un peu l'effet kamuro je trouve.

>> A 17'26 : des bombes qui explosent en une plusieurs petites bombettes simultanément. J'aime beaucoup ce type de bombes, mais on n'en voit pas souvent non plus.

Quelques mots sur le bouquet, juste après la vidéo :

Liens vidéo : Youtube - Vimeo

Le bouquet final fut assez particulier. Entre 17'51 et 18'40, on a déjà eu droit à un pré-bouquet, et ce qui aurait pu s'apparenter à un vrai bouquet, avec pas mal de bombes tricolores. Le public a cru que c'était fini, mais ce n'était pas le cas. On a encore eu droit à un mini-tableau d'une quarantaine de secondes, moins intense que le précédent cependant, ce qui était un peu bizarre. Tout de suite après (à partir de 19'19), le "vrai" bouquet a commencé, pendant environ 40 secondes. Et alors que tout le monde croyait que c'était fini (pour la seconde fois !), ils ont encore envoyé une dernière salve 3 secondes après la fin. Un bouquet final en plusieurs temps donc, assez particulier je dois dire, mais surprenant.