DURBUY ROCK FESTIVAL

Bomal-sur-Ourthe - 13/04/2019

Premier festival de l'année, à Bomal-sur-Ourthe, avec le traditionnel Durbuy Rock Festival. On commence avec Aktarum et leur musique de trolls, toujours très sympa mais je trouve ça dommage qu'ils n'aient jamais vraiment réussi à percer plus que ça.

Drakwald, un groupe français mélangeant death et folk, très sympa également. Et avec une invitée-surprise : la neige ! Fondante certes, mais de la neige quand même. Autant en 2018 on était presqu'en t-shirt, autant cette année, je n'ai jamais eu aussi froid à un festival...

On passe au death made in Belgium, avec Exuviated. Très sympa malgré 2 ou 3 passages un peu planant qui ne se prêtaient peut-être pas à l'ambiance d'un festival.

Changement de style avec Black Mirrors, du garage rock emmené par une chanteuse au look indien assez charismatique et très énergique.

On passe au rock rétro, avec le trio islandais The Vintage Caravan.

Retour au metal folk et festif avec Dalriada, vu de loin mais toujours aussi entraînant.

Petite découverte du jour : Heidevolk, un groupe de viking/folk metal hollandais, avec deux chanteurs à la voix très grave, qui apportent vraiment une touche d'originalité par rapport à beaucoup d'autres groupes dans ce style.

Le retour de Samael au Durbuy Rock, 10 ans après leur précédente venue (concert sur lequel je m'étais bien éclaté !), avec un set moins orienté black-metal contrairement à la dernière fois où je les avais vu au Graspop en 2015. Rien à faire mais c'est encore le genre de groupe où, malgré le fait qu'ils ne soient que 3, ça envoie toujours autant (au même titre que Freak Kitchen ou Rage, même si ce n'est pas du tout le même style). Très content de les avoir revus !

C'est tout pour les photos, j'étais fatigué de porter mon appareil ! Quelques mots des derniers concerts de la journée :

- Paradise Lost : n'en déplaise aux copains, mais je n'aime pas du tout et je n'y trouve aucun intérêt !

- Candlemass : j'ai regardé 2 morceaux par curiosité, ça avait l'air pas mal, je serais bien resté plus longtemps, mais il faisait définitivement trop froid dehors. Ca devait d'ailleurs être un calvaire pour les musiciens sur scène.

- Ultra Vomit : un peu bizarre de les avoir fait venir deux années de suite, d'autant plus qu'ils ont fait quasiment le même show qu'en 2018. Ca reste rigolo, mais je déplore quand même très fort le manque de spontanéité entre les morceaux. On dirait chaque fois un sketch, où tout est répété et millimétré à l'excès, sans aucune place à l'improvisation, et je trouve ça très dommage.