TRANSATLANTIC

Trix, Anvers - 11/03/2014

Deuxième "gros" concert de l'année, environ un mois après Dream Theater, encore une grosse pointure : Transatlantic !! Il n'y a pas beaucoup de concerts en ce début d'année, mais pouvoir voir les deux plus gros groupes de prog en un mois d'intervalle, ça ne se refuse pas ! D'autant plus que ça se passait au Trix, autrement dit une très chouette salle, pas trop loin !

Arrivée sur place environ 1h avant l'ouverture des portes, il n'y a pas énormément de monde (c'était en plein milieu de semaine aussi). Il y avait même vachement plus de monde dans la file pour un autre concert dans la petite salle au-dessus (et vu le public - des filles de 16 ans - ça devait pas être le même style...)

Bref, les portes s'ouvrent enfin, le mec de la sécu me fout un petit stress en s'arrêtant sur mon appareil photo, que je n'avais pas du tout caché vu qu'en général au Trix on peut rentrer avec n'importe quoi. Finalement il me laisse passer, gros soupir de soulagement !! A mon avis j'ai vraiment eu du bol, car quelques dizaines de minutes plus tard, Cedric n'aura pas la même chance que moi et ne pourra pas rentrer avec son appareil, pourtant plus petit que le mien...

La salle se remplit lentement (je dirais environ 5-600 personnes lorsque le concert a commencé) mais on est loin de se marcher sur les pieds, même en étant tout devant.

Après une petite intro qui passait en boucle, avec un kaleidoscope projeté sur l'écran géant au fond de la scène, c'est parti pour plus de 2h de pur prog !! Le concert commence avec un gros pavé de 25 minutes : Into the Blue, premier morceau du nouvel album sorti il y a peu. Structure du morceau assez "classique" quand on connait les autres albums du groupe et ceux de Neal Morse, dont on reconnait tout de suite le style. Pas vraiment de suprise à vrai dire, ça n'en reste pas moins excellent ! Mention spéciale au passage assez "kitschnounet à la Neal Morse" au milieur et à la fin : "Dreamer, and the Healer ... they wait for you, they wait for you ...", avec lequel on s'était déjà pris un petit délire dans la voiture en venant avec Charl ! (le genre de truc qui reste bien en tête en plus !)

Retour au tout premier album ensuite, avec My New World, que je n'avais plus écouté depuis bien longtemps (damned, le premier album a quand même 14 ans, ça date déjà...). Un morceau où on ressent plus l'influence de Roine Stolt cette fois, et des refrains faisant penser aux Beatles.

Déjà 3/4h se sont passés depuis le début du concert, et c'est maintenant le moment de la chanson "mielleuse" du concert, avec le single Shine, issu du dernier album. Le style de chanson de Neal Morse que je n'aime pas : cliché à mort, assez ringard et chiant, bref sans intérêt ! Heureusement qu'elle est courte ! Enfin, l'avantage de ce style de chanson-là est que ça me permet de prendre des photos tranquillement !

Après ce morceau quelque peu dispensable, retour a un autre gros pavé : The Whirlwind ! Ils n'ont pas joué l'entièreté de l'album (qui dure 77 minutes...), mais nous ont fait un "petit" medley d'une bonne trentaine de minutes quand même, en reprenant plusieurs passages marquants. Rien à redire, c'était excellent !! Mention spéciale au passage ulra-calme avec uniquement la basse, juste avant la partie "Is it really happening?". C'était juste GE-NI-AL !!!! Un de ces moments super calmes, où on n'entend même aucun bruit de fond dans le public, tellement les gens sont plongés dans la musique. Ayant déjà des centaines de concerts à mon actif, je peux affirmer que ce genre de moment est vraiment TRES rare (j'ai peut-être déjà vécu ça 3-4 fois, guère plus).

On enchaîne avec une petite impro de Neal Morse et Roine Stolt à la guitare, assez sympa, avant de revenir encore une fois au premier album, avec We all need some light", une balade très calme et assez courte, avec le refrain repris en choeur par le public. Une chanson qui a aussi mis en avant Ted Leonard, le chanteur de Spock's Beard, qui accompagnait le groupe en tant que guest (en lieu et place de Daniel Gildenlow).

Au rayon des chansons courtes (entendez par là : moins de 10 minutes !), on a ensuite eu droit à une autre chanson issue du dernier album : Black as the sky. Chanson courte mais néanmoins assez rythmée et très entraînante, j'aime beaucoup !

Quelques secondes de pause avant le rappel. Je pensais qu'ils allaient nous sortir Kaleidoscope, l'autre gros pavé de 30 minutes du dernier album, mais au lieu de ça, on a eu droit à un medley de 2 vieilles chansons bien connues : la première moitié de All of the above, enchaînée avec la deuxième moitié de Stranger in your soul !! Parfait pour terminer ma foi !

Encore quelques commentaires en bas de page, mais d'abord les photos !

Troisième concert de Transatlantic, et toujours aucune déception en tout cas ! Ces types sont vraiment les "Masters of prog" !!! Le fait de revoir Portnoy était aussi un grand moment ! Un mois après avoir vu DT, là il a vraiment bien remué le couteau dans la plaie... Rien à faire mais son jeu me manque vraiment dans DT, son groove, sa présence scénique, sa manie de rajouter des petits breaks tout le temps partout, ses (nombreux) lancers de baguettes (et sa catapulte à baguettes avec sa cymbale trouée !)...

D'une manière générale, il y avait énormément de groove dans ce concert. La "magie Neal Morse" a encore fait son effet, même sur des passages qui paraissent parfois un peu "cucul" sur album, en concert, ça passe tout seul ("The Dreamer, and the Healer... They wait for you, They wait for you...").

Il m'a semblé qu'ils ont fait pas mal de pains, mais c'était compensé par beaucoup de spontanéité tout au long du concert. Il y a beaucoup de communication entre Neal et Mike, on ressent vraiment qu'ils s'amusent comme des gamins, ce qui est loin d'être le cas dans DT où ils jouent un peu tous dans leur coin. Et ça se ressent aussi dans le public, où il y avait une très bonne ambiance malgré que la salle n'était remplie qu'à moitié.

Au final, je dois bien l'avouer, j'ai trouvé que c'était mieux que DT un mois plus tôt, et pourtant Dieu sait combien je suis fan de DT !! Enfin, je suis fan de Transatlantic aussi, mais bon, le contexte dans lequel j'ai découvert les 2 groupes, historiquement parlant, c'est pas pareil !

Vivement la prochaine fois !